Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Adieu l’ami.

Arts et Métiers n°175 de janvier-février 1993
Adieu l’ami.
la lettre de la rédaction
Aimé Michel nous a quittés, après un long et courageux combat.
Depuis 1976, il faisait partie de l’équipe de rédaction et participait avec un exceptionnel bonheur à la qualité d’Arts et Métiers Magazine qu’il aimait tant.
Lire l’article

Souvenirs… – Marie-Thérèse de Brosses

Il est des rencontres qui, ouvrant de nouvelles perspectives, infléchissent le cours d’une vie. Sans Aimé Michel, serais-je «tombée dans la soucoupe»? Incontestablement, mais pas aussi jeune: il m’a fait gagner du temps et ce n’est pas tout ce dont je lui suis redevable. Tout de suite fascinée par celui qui résuma ainsi sa trajectoire: «Je n’ai jamais eu qu’une seule et unique passion: la pensée non humaine. Lire l’article

Aimé Michel, le regard des horizons ultimes – Geneviève Béduneau

Portrait d’Aimé Michel à l’intention des jeunes générations. Les mots tournent dans ma tête comme une corbetière au-dessus des peupliers. Que dire? Que vous dire, à vous qui ne l’avez connu, si même vous avez seulement lu son nom, qu’au travers des critiques souvent acerbes de deux ouvrages qui n’étaient pour lui qu’une marge de sa réflexion, Lueurs sur les soucoupes volantes et Mystérieux objets célestes, les seuls qu’il ait jamais écrit sur les OVNI? En écho résonne ce qu’il m’écrivit à la mort de Jacques Bergier: «Ses livres ne sont que les miettes du Petit Poucet. (…) J’ai fermé 3 ou 4 tiroirs que je n’aurai plus une seule fois l’occasion de rouvrir dans ce monde.» Ces tiroirs, j’entends grincer leurs serrures. Ce que je vous dirai de lui ne les rouvrira pas. Il faudrait pour cela que je rencontre un être dont chaque parole me donne à penser. Lire l’article

La transcendance, comme une ivresse… – Jacques Vallée

C’est la limpidité de la pensée, alliée à la clarté du style, qui frappe d’abord et donne envie de se joindre au dialogue, comme autrefois quand nous nous retrouvions dans un bistrot du Quartier Latin. Cette clarté qui semblait pénétrer son esprit, cette limpidité qu’il empruntait peut-être à son ciel de Provence, nous ont fait aimer cet homme original et pur, et nous reconnaître pour ses élèves à la dure école de la transcendance. Lire l’article

Un entretien avec Aimé Michel – Propos recueillis par Yves Bosson & Michel Hertzog

Nous nous étions enfin décidés à entreprendre à notre tour le pèlerinage de St-Vincent-les-Forts, petit village des Alpes de Haute-Provence perché sur les contreforts du lac de Serre-Ponçon. Décembre 1990, lendemain de Noël, une route départementale enneigée, un panneau indicateur, enfin: le village. Aimé Michel, on nous l’a promis, ne doit plus être très loin…

Voici quelques extraits choisis de notre entretien. Nous souhaitions en particulier savoir comment l’un des principaux «artisans» de la soucoupologie des années 50 perçoit l’ufologie des années 90 et quel regard il porte – avec le recul du temps – sur sa contribution à l’étude de la soucoupe. Malgré la fatigue, il a longuement répondu, avec beaucoup de gentillesse et de malice, à nos questions. Lire l’article