Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Pourquoi les oiseaux chantent-ils?

Revue La Vie des Bêtes n°89, décembre 1965
J’avais joué dans les murs délabrés de cette vieille maison pendant toute mon enfance. Sur une petite colline arrondie détachée du flanc de la montagne, elle dressait l’extraordinaire silhouette de son toit pyramidal. Une famille avait longtemps vécu là, vivace comme une plante sauvage avec ses nombreux rejetons, puis, lassée sans doute par la solitude, avait émigré au village voisin. Les seuls hôtes de la vieille maison étaient désormais les mulots, les lézards, un couple de belettes et les oiseaux. Lire l’article

The Valensole Affair

Flying Saucer Review – Vol. 11, n°6, November 1965
You have learned the essential details of the Valensole affair from the excellent text of G.C. who investigated the case on behalf of G.E.P.A. There are one or two small details which need correcting, such as the distance being 90 metres instead of 80, and the fact that M. Masse approached the machine across a vineyard, and not a field of lavender, like this… Lire l’article

Mon village à l’heure archéologique 1ère et 2e parties

Revue Archéologia N°4, mai 1965, et N°6, septembre 1965
Il y a en France pour le moins une centaine de milliers de villages et de hameaux. La plupart d’entre eux sont habités depuis la plus haute antiquité et c’est de ces hameaux et villages que tous ou presque nous venons, soit récemment, soit il y a un plus ou moins grand nombre de générations. Ils sont la racine profonde des 48 millions de Français. À partir de ce numéro, Aimé Michel étudiera l’un de ces villages, ni plus ni moins remarquable que n’importe quel autre. Lire l’article

Voici pourquoi nous avons la passion de l’inexpliqué

Avant de dire pourquoi le témoignage de Pitigrilli me semble digne d’être publié ici, je voudrais expliquer également en quoi il justifie notre sigle de prudence. Il ne s’agit nullement de méfiance. Il s’agit de méthode. Les prouesses attribuées à Rol ont en effet, avec les autres prodiges familiers à la parapsychologie, ceci de commun que l’on peut presque tous les mettre en parallèle avec d’autres prouesses dûment constatées et contrôlées par les témoins les plus dignes de foi et les plus compétents, et aussi avec ces faux prodiges, réalisés par des trucages d’une habileté presque aussi incroyable que le prodige lui-même. Lire l’article

Les rêves sont plus nécessaires que le sommeil

Depuis qu’il y a des hommes et qui rêvent, cette énigmatique activité nocturne de la pensée n’a guère inspiré aux hommes de science, quand ils sortaient du domaine de l’observation objective, que de brumeuses rêveries. Cette situation a duré jusqu’aux premières publications (en 1952) du grand physiologiste américain Nathaniel Kleitman, professeur à l’université de Chicago. Lire l’article