Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Le Janus à quatre faces

France Catholique − N° 1352 – 10 novembre 1972
Il est bien fâcheux que les problèmes les plus passionnants actuellement posés par la science ne puissent être abordés que par le biais de l’abstraction mathématique. [...] Il est bien fâcheux que les problèmes les plus passionnants actuellement posés par la science ne puissent être abordés que par le biais de l’abstraction mathématique. Lire l’article

Software et politique

France Catholique − N° 1339 – 11 août 1972
On sait (on le lit tous les jours) que si les États-Unis d’une part, la Russie et la Chine de l’autre, sont si désireux de passer l’éponge sur leurs querelles, c’est que les premiers ont grande envie de vendre, et les autres d’acheter. Lire l’article

Les préhumanités: question pour l’homme

France Catholique N° 1357 – 15 décembre 1972
Plus notre connaissance des origines de l’homme s’élargit, et plus s’aggrave la perplexité des savants. Le 7 juillet dernier, j’avais exposé ici les résultats obtenus tout récemment par le paléontologiste Philip V. Tobias en classant par ordre d’ancienneté et par ordre de volume tous les crânes d’hominidés fossiles connus. Lire l’article

Baguettes, pendules et sourciers

France Catholique − N° 1343 – 8 septembre 1972
Un lecteur (M. l’abbé D., de Lille), me demande ce que je pense des sourciers et de la radiesthésie. Voilà, monsieur l’Abbé, une question embarrassante. Car, d’une part, il est certain que la radiesthésie n’est pas une science. Et donc que, quand elle se déguise en science, c’est une fausse science. Lire l’article

Entre Hegel et Groucho Marx

France Catholique − N° 1336 – 21 juillet 1972
Parmi les étonnements que rencontre le scientifique français en visite aux États-Unis, celui qui peut-être lui fait le mieux comprendre qu’il a franchi un océan et changé de continent, c’est la place occupée par la parapsychologie dans la réflexion actuelle des hommes de science américains. Lire l’article