Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Si les parents étaient pédagogues

Atlas – Air France n°89 – novembre 1973.
Quand on arrive dans un pays inconnu, aussi étranger soit-il, ce sont les enfants qui, toujours, déconcertent le moins. Rien ne ressemble plus aux jeux et manèges d’une troupe d’enfants que les jeux et manèges d’une autre troupe d’enfants, qu’ils soient parisiens, bantous, esquimaux ou indiens. Lire l’article

Le retour à la jungle

Atlas – Air France n°90 – décembre 1973.
Un jour, la police ou les voisins découvrent le cadavre d’une vieille dame assassinée. L’enquête montre qu’on a fracturé sa porte, que la victime a été torturée et qu’on lui a volé ses économies. Quelque temps plus tard, des gendarmes arrêtent deux individus dans une voiture volée, les interrogent et obtiennent l’aveu que ce sont là les assassins de la vieille dame. Lire l’article

L’école pour l’école

Atlas – Air France n°81 – mars 1973
On s’est toujours préoccupé d’éducation. Les dialogues de Platon sont déjà pleins de réflexion sur la meilleure façon d’élever les enfants et les jeunes gens. On sait aussi, au témoignage de César, que la civilisation gauloise reposait d’abord sur l’école des druides. Plus près de nous, rappelons-nous Montaigne et sa «teste bien faicte», Gargantua et ses précepteurs. Et Fénelon, et Rousseau, et Jules Grévy… Lire l’article

L’Invisible aux deux visages

Atlas – Air France n°79 – janvier 1973.
Il faudrait être très ignorant de l’histoire pour voir dans les querelles religieuses actuelles un phénomène sans précédent né des progrès de la science et des révolutions politiques. En fait, aucun problème n’est peut-être plus ancien que celui de savoir si la religion remplit d’abord une fonction sociale ou bien une fonction intérieure et transcendante. Lire l’article

L’accord sur le pire

France Catholique − N° 1367 – 23 février 1973
[...] Contrairement à ce qu’on croit, ce n’est pas la progression du cancer qui constitue le premier problème dans les pays hautement industrialisés. Ce sont les maladies mentales. Plus un pays est «évolué», plus les maladies mentales se multiplient. Aux États-Unis, le nombre des lits occupés dans les hôpitaux par les malades mentaux dépasse depuis 1956 celui de tous les autres malades réunis. Lire l’article