Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Le principe de banalité

Deuxième partie, chapitre 1 du livre collectif dirigé par Fernand Lagarde, Mystérieuses soucoupes volantes.
Que vingt-cinq ans après les premières rumeurs, les soucoupes volantes soient encore un sujet de discorde entre les savants, ce seul fait donne déjà à réfléchir.
Quand un problème nouveau se pose à la science, et même si sa solution se fait attendre, un accord ne tarde pas à se faire au moins sur sa nature et sur les façons possibles de le poser. Lire l’article

Le droit d’être Zombi inscrit dans la constitution

France Catholique − N° 1419 — 22 février 1974
— Messieurs, dit le Sultan en se grattant le nez, à vos rapports, j’écoute. Que se passe-t-il dans le monde et ailleurs?
Le vizir de droite, qui était celui de l’Intérieur, fit son rapport, puis le vizir suivant, chacun pendant cinq minutes et ainsi de suite, se succédant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Au troisième vizir, le Sultan bâilla bruyamment. Lire l’article

The Automibole

Atlas – Air France n°92 – February 1974
The automibole is that gasoline-burning contraption which everyone has been talking about lately. I’ll admit to you outright: I don’t like the automibole.
The other evening, Archiloques and I were seated on the sidewalk, peacefully meditating and watching the crazy throng of automiboles pass by, when suddenly one of them skidded on the pavement and swerved into the gutter, sending a gush of sticky blackish mud all over our feet. Lire l’article

La science et les coups de pieds

Atlas Air France n°91 de janvier 1974
Archiloque et moi allions méditant par les rues et les places, indifférents à la cohue de la ville.
«Parle-moi sans détour, me dit-il soudain. Toi qui as un esprit subtil, où penses-tu que vont les coups de pied au derrière qui se perdent?» Lire l’article

L’Automibole

Atlas Air France n°92 de février 1974
L’automibole est cet engin à pétrole dont on parle tant depuis quelques mois. Et je vous le dis tout net: je n’aime pas l’automibole.
L’autre soir, Archiloque et moi méditions en silence parmi la foule, assis à même le trottoir et regardant passer le flot des automiboles affolées, lorsqu’une de celles-ci, dérapant sur l’asphalte, descendit dans le caniveau et projeta sur nos pieds nus un jet de boue noirâtre et gluante. Lire l’article