Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Le coq d’Asclépios

France Catholique − N° 1512 — 5 décembre 1975
L’interminable agonie de Franco, artificiellement prolongée par la médecine, nous oblige, une fois de plus, à nous interroger sur le «tu ne tueras point». Sans les (on peut le dire) macabres interventions de la chirurgie coupant ici, coupant là, sondant, tubant, perfusant, et que sais-je encore? Franco serait mort paisiblement vers le 20 octobre de la mort de ses ancêtres, de ses soldats et de ses ennemis. Lire l’article

La science imprévisible

France Catholique − N° 1491 – 11 juillet 1975
Le monde dans lequel nous vivons en 1975 est en grande partie le produit de révolutions scientifiques survenues au cours du dernier tiers de siècle: les ordinateurs, l’électronique, le nucléaire par exemple.
Or, aucune de ces révolutions n’était prévisible dix ans avant qu’elles fussent accomplies. Lire l’article

Le manche après la cognée

Lumières dans la nuit n°146 de juillet 1975
II faut remercier les responsables de LDLN d’avoir osé publier l’article de Pierre North[1]. Il faut aussi remercier Pierre North d’avoir osé l’écrire. Cet article jette un gros pavé dans la mare du conformisme soucoupique. Le conformisme est la maladie permanente de la pensée: même dans les marges les plus indociles de cette pensée, il finit toujours par s’introduire, et si l’on le laisse faire, par s’imposer, tarissant toute réflexion originale. Lire l’article

Une expérience sur les rêves télépathiques

Question De. N° 7, 2e trimestre 1975
Depuis plusieurs années, une étude à long terme est conduite au Maimonides Hospital de New York par les docteurs Stanley Krippner et Montague Ullmann pour déterminer si les gens qui se connaissent – ou tout au moins se fréquentent et se rencontrent – peuvent exercer les uns sur les autres une action mutuelle inconsciente par des voies paranormales. Aimé Michel rapporte ici les conditions des expériences menées dans cet hôpital. Lire l’article

Le Quotient intellectuel

Question De. N° 7, 2e trimestre 1975
Michel Tort est maoïste. Sa thèse est que les tests d’intelligence sont une machine inventée et longuement mûrie pour justifier «scientifiquement» (les guillemets sont de lui) et perpétuer la division de classe, d’abord à l’école et finalement dans tout le système de production capitaliste. L’intelligence pure, potentielle, prétendument mesurée par les tests n’a aucune existence objective, écrit-il: la seule intelligence réelle est celle qui apparait au cours de l’action réelle, comme rapport du sujet à son activité. Lire l’article