Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

C’est la faute à Rousseau!

France Catholique − N° 1618 – 16 décembre 1977
Un monsieur, l’autre jour, expliquait à France-Culture comment il assumait sa virilité, et je pensais à l’argumentation si profonde et si vraie de Rousseau sur, ou plutôt contre, les spectacles. Lire l’article

Les origines de l’homme ou des légendes qui s’écroulent

France Catholique − N° 1591 – 10 juin 1977
Le physicien Américain Tom Bearden, théoricien de la physique mathématique et spécialiste de l’armement nucléaire, prévoit qu’à la suite des découvertes révolutionnaires actuellement en gestation, l’humanité passera au cours des décennies à venir – peut-être au début du XXIe siècle – par une période de choix total. Nos proches descendants, dit-il, seront forcés par leurs connaissances nouvelles, ou bien de s’effondrer et de disparaître, ou bien de procéder à ce qu’il appelle le «linkage», c’est-à-dire l’interconnexion non plus seulement morale, mais matérielle, physiologique, de leurs cerveaux. Lire l’article

La «science infuse»

Arts et Métiers de mai 1977
La lecture d’un des derniers numéros du Bulletin of the American Physical Society[1] me remet en mémoire une question à laquelle je réfléchis depuis plus d’un quart de siècle, que j’ai discutée avec maints physiciens, chimistes, mathématiciens et autres savants, sans avoir jamais entendu ne fût-ce que l’esquisse d’une réponse satisfaisante. Lire l’article

La préhistoire spirituelle de l’homme

Arts et Métiers de juillet–août 1977
Jusqu’ici, le passé de l’humanité avant l’écriture n’était connu que de l’extérieur: on trouvait des os dans des cavernes, des dessins, des sculptures. Mais les hommes, auteurs de ces vestiges, à quoi avaient-ils pensé durant leur vie? Lire l’article

La nouvelle physique

Arts et Métiers de juin 1977
Comme on le sait, Einstein n’admit jamais que les équations de la mécanique quantique fussent autre chose qu’un procédé de calcul. Il refusait de croire, selon son expression, «que Dieu joue aux dés». Il entendait par là que, derrière la forme statistique des lois quantiques (supposant l’indétermination réelle des phénomènes élémentaires), il y avait d’autres phénomènes, encore inconnus certes, mais obéissant à des lois rationnelles et concevables. Lire l’article