Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Savoir égale richesse

Arts et Métiers d’avril 1978
Les vraies informations passent inaperçues, et je crois que ce qu’on appelle «les informations», dans les journaux, à la T.V., à la radio, sont là pour empêcher de les voir.
Une décision prise au début de cette année par le gouvernement japonais, et annoncée le 2 mars est sûrement destinée à produire des effets incalculables à partir du milieu des années 1980. Lire l’article

Le gaspillage productif

Arts et Métiers n° 3 de mars 1978
Un homme d’affaires plus spirituel qu’inspiré déclarait l’autre jour à la radio, en riant il est vrai:
- Pour nous, les voies de la perdition sont au nombre de trois: le jeu, les femmes et les ingénieurs!
Il serait difficile de discuter pesamment ce qui n’était qu’une jolie boutade. D’autant que je crois bien avoir souvent entendu déjà ce mot d’esprit. Cependant, on peut y voir un thème de réflexion qui n’est pas sans intérêt, me semble-t-il. Lire l’article

L’os et la moelle

Arts et Métiers – janvier-février 1978
Depuis quelque temps, en France, aux États-Unis et ailleurs, on entend les «Comités de Sages» pousser, comme on dit, des cris d’alarme, affirmant que la recherche s’essouffle, ou même bat de l’aile. On cite des chiffres: crédits accordés et nombres de brevets déposés en chute libre, etc. Lire l’article

Le volcan qui bouge

Les nouveaux philosophes nous ont débarrassés du radotage marxo-politico-utopique. Bon. Il fallait le faire. Il y a toujours des militants communistes, des partis communistes (il en faut pour tous les goûts). Les États-goulags sont toujours là, mais du moins le terrain intellectuel est-il maintenant dégagé des graves théoriciens qui, au mépris des faits, l’occupaient tout entier depuis des décennies. Lire l’article

La rose-croix et la naissance de l’esprit scientifique

Il s’est passé d’étranges choses au début du XVIIe siècle. Certaines sont connues, tellement connues que peut-être elles aveuglent le regard: Kepler découvre les lois du mouvement des planètes; Galilée voit pour la première fois les satellites de Jupiter, les montagnes de la Lune, fonde la dynamique en mesurant la chute des corps; Descartes, dans son «poêle», perçoit comme en une vision les principes de la méthode scientifique et de la physique théorique. Tant d’événements extraordinaires en si peu de temps! Pour retrouver une telle explosion de prouesses intellectuelles, il faudrait remonter au temps de Thalès, à la naissance de la science grecque. Lire l’article