Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Le gaspillage productif

Arts et Métiers n° 3 de mars 1978
Un homme d’affaires plus spirituel qu’inspiré déclarait l’autre jour à la radio, en riant il est vrai:
- Pour nous, les voies de la perdition sont au nombre de trois: le jeu, les femmes et les ingénieurs!
Il serait difficile de discuter pesamment ce qui n’était qu’une jolie boutade. D’autant que je crois bien avoir souvent entendu déjà ce mot d’esprit. Cependant, on peut y voir un thème de réflexion qui n’est pas sans intérêt, me semble-t-il. Lire l’article

Les bénéfices sous surveillance

Arts et Métiers n° 1 de janvier-février 1988
Fin décembre, le recul des valeurs en pourcentage depuis le 19 octobre 1987 sur les principales Bourses s’établissait comme suit, dans l’ordre décroissant:
Sidney, 40%; Hong Kong (ex aequo), 40%; Francfort, 30%; Londres, 28%; Paris, 24%; New York, 21%; et enfin Tokyo, 14%.
Ah non! ronchonneront quelques lecteurs nerveux, lui aussi va nous expliquer que tout cela est logique, que c’était prévisible, que d’ailleurs il l’avait prévu depuis au moins six mois. Lire l’article

Gagner moins pour s’enrichir

Arts et Métiers n°1 de janvier-février 1989
Si quelqu’un avait annoncé, il y a un quart de siècle, qu’un jour Maurice Allais aurait le Prix Nobel, je n’en aurais pas été étonné ni lui non plus. Seulement, nous aurions cru à un Nobel de Physique.
Car, si à l’époque Maurice Allais avait bien déjà énoncé les principes économiques qui lui ont valu l’illustre récompense, ce qui l’intéressait en réalité c’était l’étude expérimentale de la gravitation. Lire l’article

L’os et la moelle

Arts et Métiers – janvier-février 1978
Depuis quelque temps, en France, aux États-Unis et ailleurs, on entend les «Comités de Sages» pousser, comme on dit, des cris d’alarme, affirmant que la recherche s’essouffle, ou même bat de l’aile. On cite des chiffres: crédits accordés et nombres de brevets déposés en chute libre, etc. Lire l’article

La preuve par l’Est

Arts et Métiers n°7 de novembre-décembre 1988
Perestroïka: Radio-Moscou annonce (20 septembre, 20 heures T.U.) que la restructuration en cours, la perestroïka, libérera (supprimera) dix-sept millions d’emplois en Union Soviétique avant la fin du siècle; que les travailleurs ainsi libérés seront enregistrés sur ordinateur de façon à pouvoir être redistribués à travers l’Union Soviétique; qu’en aucun cas ils ne perdront leur travail, car on s’efforce de créer des emplois nouveaux, «plus spécialement dans le commerce et les services»; qu’enfin ceux qui néanmoins se trouveraient temporairement sans travail seront pris en charge par la société soviétique. Lire l’article