Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Casse-tête divers

Arts et Métiers – avril 1981.
L’un des casse-tête des pays avancés est certainement l’humeur baladeuse des milliers de milliards pétrodollars qui, au lieu de s’investir, provoquent l’instabilité (précisément en se baladant) et spéculent sur ce qu’ils provoquent sans même s’enrichir. Lire l’article

Éléments de néaniologie

Arts et Métiers – mars 1981.
Il manque une science de la jeunesse, et l’on me permettra ici de l’inventer, ou du moins son nom, en attendant que d’autres se retroussent les manches: la néaniologie. Ce n’est pas un beau nom, mais il est exact et pédant, ce qu’il faut. Ho nêanias, dans la langue de Socrate, veut dire le jeune homme. Lire l’article

Adieu l’ami.

Arts et Métiers n°175 de janvier-février 1993
Adieu l’ami.
la lettre de la rédaction
Aimé Michel nous a quittés, après un long et courageux combat.
Depuis 1976, il faisait partie de l’équipe de rédaction et participait avec un exceptionnel bonheur à la qualité d’Arts et Métiers Magazine qu’il aimait tant.
Lire l’article

Le Théorème de Bell (Arts et Métiers)

Arts et Métiers de janvier-février 1980
Ma basse-cour est peuplée:
1) de coqs, parmi lesquels des poulets;
2) de poules, parmi lesquelles des poulettes.
De plus, cette volaille grosse et petite est aléatoirement blanche ou noire.
1er Théorème: le nombre des poulets est toujours inférieur ou égal au nombre des coqs noirs augmenté du nombre de petites volailles blanches. Lire l’article

Le changement change-t-il?

Arts et Métiers de septembre 1980
Platon, dans son Timée, explique tout. C’était, nous disent les encyclopédies, vers 353 ou 352 avant notre ère. Le titre complet du Timée est: Timée, ou la Nature. Lisez le Timée, et (à condition toutefois d’être né au IVe siècle) vous saurez tout sur la nature.
Si vous avez le Timée dans votre bibliothèque, jetez-y un coup d’œil. Vous n’y trouverez, comme disait Voltaire, qu’un tissu de rêveries et de billevesées. Lire l’article