Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Le sexe et la société apaisée

France Catholique − N° 1270 – 16 avril 1971.
Me permettra-t-on, à propos de Marcuse, dont j’ai parlé la semaine dernière, d’exprimer ici un repentir partiel? Les remèdes qu’il propose sont absurdes et quelque peu terrifiants. Marcuse, prophète, nous fait dresser les cheveux sur la tête, quand on en a. Lire l’article

Le Grand Mardouk: comment peut-on être savant et sans angoisse?

France Catholique − N° 1257 – 15 janvier 1971
[...] Il chargea Nibiriou (le Zodiaque) de les mesurer tous, afin que nul ne soit ni trop long ni trop court… Il ordonna à la lune de marquer le temps. [...] «Au début du mois, quand tu t’élèveras au-dessus de la terre, Tu brilleras pendant six jours comme un croissant en arc. Puis comme un demi-disque le septième jour», etc. Lire l’article

La physique en panne

France Catholique − N° 1254 – 25 décembre 1970
On est toujours surpris, quand on ouvre un livre de philosophe réfléchissant sur la science, du nombre et de la taille des implications inconscientes dont cette réflexion a besoin pour pouvoir se développer sans tomber en panne sur le champ. Lire l’article

L’histoire du gros ordinateur

France Catholique − N° 1260 – 5 février 1971
Hannes Alfvén, le Suédois qui vient de partager le dernier Nobel de Physique avec notre compatriote Louis Néel, est un de ces esprits comme l’humanité en fait trois ou quatre par siècle avec mission de bouleverser tout ce qu’ils touchent. Lire l’article

Le nombril du monde

France Catholique − N° 1298 – 29 octobre 1971
Le mystère des quasars rebondit, nous en parlerons plus en détail dans une prochaine chronique. Je voudrais expliquer aujourd’hui en quoi ce problème d’astronomes doit donner à réfléchir à tout homme sensé, même non-astronome. Lire l’article