Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Sherlock Holmes en échec

France Catholique N° 1391 – 10 août 1973.
Quand on dit que ceci est cause de cela, on croit parler clairement. Cependant, dès que l’on essaie de préciser ce qui est une cause et ce qui ne l’est pas, les difficultés commencent. Voici un exemple donné par le psychologue anglais S. G. M. Lee: les statistiques montrent que les bébés sevrés tôt se révèlent, devenus grands, très «acquisitive», «âpres au gain». Lire l’article

Supposez que je sois Brejnev

France Catholique N° 1631 – 17 mars 1978.
L’actualité vraie tourne, dissimulée derrière nos bavardages inconsidérés de Gaulois. «Ils aiment par-dessus tout l’éloquence», disait César.
Vauvenargues ne mettait rien au-dessus de l’éloquence. Être éloquent était le but de sa vie. Et pourtant, parler, même bien, est-ce un but? Lire l’article

Ronde comme une boule ou les théories à l’épreuve

France Catholique N° 1442 – 2 août 1974.
J’avais annoncé, voilà deux numéros, quelques autres réflexions sur la science du rêve, science si éclairante sur la face profonde, inaccessible, de la nature humaine. Mais il y a l’actualité! Puis, M. Jean Guitton a eu l’attention de m’envoyer son dernier livre. Et alors, là! Quel abîme! Quel inépuisable labyrinthe de réflexions! Lire l’article

Des thériodontes et des hommes

France Catholique N° 1407 – 30 novembre 1973.
L’évolution, c’est comme les plaies d’Égypte, qui suscitent la foi d’Israël et endurcissent le cœur du Pharaon. Pour Teilhard de Chardin, elle chantait la gloire de Dieu et annonçait un mystérieux point oméga. Pour les néo-darwiniens, elle montre que le monde est un désert glacé. Lire l’article

Propos d’almanach, ou quel temps fera-t-il demain?

France Catholique N° 1559 – 29 octobre 1976.
Au seuil de l’hiver, et le plan d’austérité stimulant un peu électivement (je ne dis pas électoralement) notre réflexion, peut-être est-il opportun de nous pencher sur le vieux problème de savoir si «le temps change». Certes il nous a gratifiés cet été d’un irrécusable et désastreux changement. Les éleveurs de l’Ouest en savent quelque chose et nous allons le sentir passer. Lire l’article