Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Prenons garde aux calculateurs prodiges

Les journaux en ont parlé. Mais tout n’a pas été dit sur les deux jumeaux américains de vingt-six ans, arriérés mentaux, dont le cerveau malade pose aux neuropsychiatres du Columbia Institute of Psychiatry, à New York, des problèmes insolubles. Lire l’article

Peut-on quitter son corps?

Le mythe d’un quelque chose qui peut quitter le corps et se déplacer dans l’espace et parfois dans le temps avec une souveraine liberté est connu dans toutes les religions. Les chrétiens attribuent cette prouesse à un grand nombre de personnages vénérés, y compris certains mystiques récents comme Don Bosco et le Padre Pio. Lire l’article

Voltaire contemporain de l’ère cosmique

Après deux siècles, le nom de Voltaire éclate encore, accompagné d’une rumeur de querelles, de ricanements et d’imprécations. Il oblitère toute pensée objective. Nulle œuvre peut-être, dans l’histoire de la pensée occidentale, n’aurait gagné davantage à être perdue, puis partiellement retrouvée (et sans nom d’auteur), que celle de cet homme de bruit et de remue-ménage.

Mais nous n’avons pas le choix. La vie de Voltaire est connue au jour le jour, parfois heure par heure, grâce à ses lettres innombrables et au témoignage des contemporains. Ce qu’il a fait nous cache ce qu’il fut, et nous devons, pour l’atteindre dans sa solitude, lui imposer le traitement que suggérait un sage dont j’ai oublié le nom: «Tu ne connaîtras l’homme qu’en le pelant comme un oignon.» Lire l’article

Remous dans l’univers des «soucoupes»

En Russie, l’Armée a dessaisi le Comité d’étude (en partie composé de civils) qui avait été formé l’automne dernier sous la direction du général Stolyarov. Désormais, l’Armée seule poursuivra l’investigation du problème. Raison donnée: «L’affaire est trop sérieuse pour être laissée entre les mains de civils.» On pense au mot exactement contraire de Clemenceau sur la guerre… Cette décision des militaires russes est intervenue après une première investigation portant uniquement sur le nombre de cas enregistrés par les bases de l’Armée de l’air. Les enquêteurs ont été horrifiés de découvrir environ 15’000 cas attendant qu’on les étudie. Lire l’article