Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

J’ai vu à l’œuvre le clairvoyant Gérard Croiset

Pour visiter un laboratoire de parapsychologie, il faut d’abord s’expatrier. Aller, par exemple, à Fribourg-en-Brisgau, chez le professeur Bender, directeur du laboratoire de parapsychologie de l’université de cette ville, ou à Utrecht, chez le professeur Tenhaëff, le spécialiste des «clairvoyants». C’est chez ce dernier (que je connais depuis longtemps) que j’ai rencontré récemment, pour la première fois, Gérard Croiset, le plus célèbre de tous les «clairvoyants». Lire l’article

Examen d’un guérisseur: Alalouf devant la science

Il y a plusieurs façon d’aborder les guérisseurs: comme client, comme apologiste, comme détracteur. On peut aussi étudier ce que le phénomène offre de compréhensible, faire des rapprochements, enregistrer des faits, quitte à indiquer par qui ces faits sont tenus pour réels et par qui ils sont contestés. C’est cette dernière façon de procéder que nous avons retenue. Depuis trente ans, le guérisseur le plus célèbre de France, et peut-être du monde, est Alalouf. Un récent procès, remarquable par sa conclusion (puisque l’Ordre des médecins, partie civile, n’a pu obtenir satisfaction) vient encore d’ajouter à sa célébrité. Nous avons voulu savoir qui est Alalouf, dépouillé de sa légende. Aimé Michel a étudié son personnage d’abord à travers textes et documents, puis en laboratoire. Voici les résultats de son enquête. Lire l’article

La fin de la civilisation villageoise

Le monde que je vais essayer de décrire, nous le portons tous en nous comme l’homme mûr son enfance. Tous, nous pouvons retrouver un village au-delà d’un passé de quelques générations. Mais de même que l’enfant que nous fûmes s’éloigne et nous devient bientôt étranger, de même le village apparaît désormais à nos yeux comme une image fanée, vidée de vie. Il apparaît d’ailleurs ainsi à ceux qui l’habitent: les liens révolutionnaires, tissés à sa surface par la route, le train, la radio, la télévision, le journal, les circuits économiques ou migrateurs, ont à ce point attaqué ses racines primitives que celles-ci sont mortes et que nos villageois du XXe siècle ne sont plus guère que des citadins vivant à la campagne. Lire l’article

Le fusil de Maeterlinck

Quand Maeterlinck écrivit les pages admirables que l’on va lire, vers les années 1920, il trouva, certes, des lecteurs, toujours les mêmes, ceux qui le suivaient depuis les premiers pas de son immense voyage, depuis la Vie des Abeilles et le Temple enseveli. Mais ces lecteurs étaient des solitaires, conduits par un solitaire.
— De quoi se mêle ce poète? demandaient les savants. Le poète à ses vers, le curé à sa sacristie, la femme à sa cuisine, et les bœufs seront bien gardés.
— Où diable l’auteur de Pelléas va-t-il chercher cette assommante érudition? opinaient les esprits distingués nourris de Paul Bourget. Qu’il nous fasse des Oiseau Bleu et des Monna Vanna, à la bonne heure! Mais l’intelligence des fleurs! Quelle sottise! Lire l’article

Le corps humain peut-il voler?

De toutes les capacités prêtées à l’homme par la psychologie exceptionnelle, voici celle qui répugne le plus aux données du sens commun: sous l’effet de certains états mentaux, ou en concomitance avec eux, le corps humain pourrait parfois s’élever au-dessus du sol et y rester suspendu sans appui visible. La lévitation est-elle une légende? Est-elle un fait réel? Il existe une immense littérature historique, hagiographique, théologique, critique sur le sujet. Mais tout ce que l’on sait en physique tend à reléguer la lévitation parmi les croyances superstitieuses. Lire l’article