Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

L’idée d’une intelligence extra-terrestre

Planète N°23 de juillet / août 1965
Voilà une dizaine d’années, on pouvait persister à croire que l’intelligence humaine était quelque chose d’unique d’un bout à l’autre de l’univers sidéral. Cette foi en valant une autre, elle s’imposa au consentement quasi universel des savants. Pour admettre qu’il pût exister d’autres intelligences dans l’espace, il fallait que deux faits physiques bien précis fussent observés par les astronomes: d’abord que les autres étoiles, ou au moins certaines d’entre elles, eussent des planètes comme le Soleil et, ensuite, que l’on eût au moins un témoignage irrécusable de vie extra-terrestre. Or, toutes les théories cosmogoniques aboutissaient à présenter le système planétaire du Soleil comme exceptionnel. D’autre part, rien ne prouvait que la vie existât ailleurs que sur la Terre. Lire l’article

Jean Bourgoint, le héros des Enfants terribles de Cocteau, était devenu moine au service des lépreux

«Nous ne sommes pas pour n’importe quelle spiritualité», nous disait naguère un ami dominicain.

Eh bien! franchement, nous non plus. Lorsqu’un monsieur Alexandre Sanders, se disant roi des sorciers de Grande-Bretagne, organise dans son appartement de Manchester des cérémonies où l’on voit des adolescents nus danser en rond puis se prosterner devant la «déesse Lune», et que cette douteuse majesté déclare doctement: «En développant votre spiritualité, vous métamorphosez les formes et les symboles et commencez à travailler sur un plan supérieur»[1], franchement nous pensons qu’il y a des mots qui s’égarent.
La vraie spiritualité, c’est plus difficile. C’est d’abord un effort héroïque de l’homme sur lui-même. Et c’est une forme culminante de l’amour. C’est, par exemple, l’histoire de Jean Bourgoint, le Paul des Enfants terribles de Cocteau. Jean Bourgoint, en religion frère Pascal, mort le printemps dernier parmi les lépreux à l’hôpital de Garoua, au nord du Cameroun. Lire l’article

La sainte Russie n’est pas morte

Le procès des jeunes intellectuels de Leningrad poursuivis pour diffusion clandestine de littérature religieuse n’aura surpris que ceux qui avaient cru pouvoir passer par profits et pertes l’éternelle sainte Russie. Si le pouvoir tsariste fut si constant à s’appuyer sur la religion, c’est qu’il savait l’appui solide: le peuple russe est probablement le peuple le plus religieux de la terre. Lire l’article

Fey, 7 ans: un super cerveau

Connaissez-vous Fey Lazaridès? Cette petite fille anglaise a une histoire qui mérite d’être contée. Une histoire qui commence quelques années avant sa naissance, et même, pour être juste, de nombreuses années plus tôt, en 1945.

C’est à cette date qu’un groupe d’originaux d’Oxford, fatigués sans doute de fréquenter une humanité sans relief, fonde le club le plus fermé du monde, le club Mensa. N’importe qui peut être admis à ce club, à la seule condition de survivre à une batterie de tests d’intelligence tellement difficiles que, jusqu’ici, dix mille personnes seulement, dans le monde entier, les ont subis avec succès. Lire l’article

Le martyre d’un génie: Boucher de Perthes

Raconter la vie et les luttes de Boucher de Perthes, c’est affronter la nausée. Car il faut se plonger dans le XIXe siècle: non pas dans la lumière de ses nombreux génies, mais dans l’anonymat de sa pensée quotidienne telle qu’elle fut vécue par nos arrière-grands-pères, et que nous avons oubliée.

Il est plus facile à un homme de 1961 de se mettre dans la peau d’un Inca ou d’un Chaldéen que de rétrograder de cent ans sans sortir de son jardin. Car enfin, une conception merveilleuse du monde et de l’homme ne saurait aujourd’hui nous surprendre: on est averti. Mais vers 1850, souvenons-nous-en, «il n’y avait plus de mystères», comme disait Berthelot. Tout était «positif et rationnel». Et voici comment on enseignait, au Muséum d’Histoire Naturelle, l’origine de l’Homme. Lire l’article