Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Hommes, Cimes et Dieux

Revue Question De. No 4. 3e trimestre 1974
Sur une affiche du quartier Latin, je lisais l’autre jour: «Exprimez-vous!» «Apprenez à communiquer!» «Venez aux cours de communication X…» Travaux pratiques, etc. (j’en oublie). L’affiche s’agrémentait d’un portrait: celui du professeur de communication. Hélas, son visage n’avait strictement rien à communiquer. Le seul enseignement que ce visage eût dû honnêtement promettre, c’eût été d’apprendre à se taire. L’affiche, d’ailleurs, était miteuse: la communication, apparemment, ne marchait guère. Lire l’article

Les «nouveaux» philosophes entre le goulag et la ciguë

Si j’en avais la patience, j’écrirais un gros livre sur l’idée suivante, qui me plaît beaucoup, quoique pas plus que quelques autres tout aussi plausibles: tous les grands événements depuis la fin du XVIIIe siècle ont pour cause unique la pomme de terre.

Sans la pomme de terre, on aurait continué de crever comme des mouches dans les campagnes d’Europe. La révolution industrielle en Angleterre n’aurait pu puiser la foule de ses ouvriers dans les familles paysannes exsangues. La France n’aurait pas disposé d’innombrables soldats de l’An II. Napoléon aurait écrit (en vers) l’épopée qui manque à notre littérature. Lire l’article

La gnose de Princeton ou la Science remise à l’endroit

Le livre de M. Raymond Ruyer, la Gnose de Princeton, publié fin 1974, fait événement. Il révèle la formation, dans les milieux de la pensée scientifique avancée américaine, d’un nouveau courant religieux. Religieux autant que scientifique. Sous une forme hautement élaborée par des physiciens, astronomes, cosmologistes et biologistes de Princeton et de Pasadena, c’est, en quelque sorte, l’aboutissement d’une pensée qui se trouvait à l’état naissant dans «Planète» des années 1961-65. Lire l’article

Le volcan qui bouge

Les nouveaux philosophes nous ont débarrassés du radotage marxo-politico-utopique. Bon. Il fallait le faire. Il y a toujours des militants communistes, des partis communistes (il en faut pour tous les goûts). Les États-goulags sont toujours là, mais du moins le terrain intellectuel est-il maintenant dégagé des graves théoriciens qui, au mépris des faits, l’occupaient tout entier depuis des décennies. Lire l’article

La prophétie fossile, méditation

On peut se demander pourquoi l’affirmation la plus fantastique de la science contemporaine, à savoir que l’univers a commencé il y a une quinzaine de milliards d’années, n’a jusqu’ici suscité aucune réflexion approfondie, aucune pensée originale, et pourquoi on n’en trouve pour ainsi dire pas trace chez les philosophes. Lire l’article