Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Un savant indocile: Rémy Chauvin

Un matin du printemps 1956, j’attendais devant la table d’une antichambre, quand mon regard se posa sur un livre qui traînait là : c’était un volume de l’austère « Bibliothèque scientifique Payot » et son titre n’avait rien d’aguichant Vie et mœurs des insectes. Je le pris en pensant à autre chose, bâillant d’avance à ce que je m’attendais à y trouver. Le nom de son auteur, accompagné d’une quadruple épaisseur de titres académiques, m’était connu, mais ne me disait rien : Rémy Chauvin. Lire l’article

Le théorème de Bell (Question DE.)

Si l’on croit que l’univers «va quelque part», autrement dit, si l’on croit en une Providence, il n’est pas interdit de tenir l’explosion des moyens de communication de masse pour une sorte de divine ruse: plus que jamais, aujourd’hui, derrière le fracas quotidien de cette explosion, l’histoire s’avance, masquée. Les vrais événements passent inaperçus, ce qui arrive cache ce qui est. La preuve? Nous vivons dans un monde entièrement artificiel né d’un certain nombre d’inventions et de découvertes, c’est indiscutable; cependant, remontez l’histoire jusqu’à ces découvertes et inventions: vous n’en trouverez nulle trace à la date où elles eurent lieu, ni même, le plus souvent, dans les années qui suivent. Lire l’article