Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

L’instinct grégaire

Revue La Vie des Bêtes N°142 de mai 1970
Pourquoi certains animaux ont-ils tendance à vivre et à se déplacer en groupes? Pourquoi d’autres répugnent-ils à le faire? Quelles sont les lois que l’on peut dégager de ces divergences? Lire l’article

Le colloque du Haut-Clamart

La Vie des Bêtes N°38 de septembre 1961
Perdu dans la cohue citadine, mais bien garanti d’elle par l’épaisseur bourgeoise des maisons, je partage le privilège d’un vaste parc avec une société de chats que je m’honore de fréquenter pour mon enseignement et mon édification. C’est une société très stricte, dont l’étiquette féodale gouverne tout un peuple de matous d’affaires gras et lustrés, de gredins faméliques, de prélats, de mères popotes, de matamores et de filles de joie. Lire l’article

L’imprégnation créatrice

Revue La Vie des Bêtes N°46 de mai 1962
On parle beaucoup du docteur Konrad Lorenz, depuis un certain temps. Connu surtout des spécialistes par ses travaux sur les animaux qu’il s’efforce d’observer sans les gêner ni les influencer par sa présence, il est maintenant familier au grand public grâce à la télévision et aux articles que de nombreux journaux ont publié à son sujet. L’imprégnation, un mot de son invention, est le mystère du monde animal dont il est question ici. Lire l’article

Féeries des couleurs

Revue La Vie des Bêtes N°116 de mars 1968
Les belles couleurs, dont animaux et plantes se parent au printemps, ne sont pas les jeux du hasard. Elles ont un but très précis, bien exposé ici. Pourquoi le printemps, l’été et l’automne sont-ils colorés alors que l’hiver est tout en blanc et noir? Cette question semble oiseuse. Je gage que plus d’un lecteur répondra étourdiment — comme je le fis moi-même à un savant ami qui me posait la question — que, la belle affaire! l’hiver est gris parce que la neige et le frimas sont blancs, la terre noire, et que la nature, en hiver, est réduite à son squelette. Lire l’article

Le mystérieux triangle

Découvrir les animaux (Larousse) n° 51 de février 1971
Chaque printemps et chaque automne, le triangle volant des grands migrateurs traverse notre ciel, et la même question s’élève toujours dans notre esprit: pourquoi cette formation géométrique?
L’énigme est d’autant plus digne d’attention que, remarquons-le, la géométrie et la régularité sont absentes de toutes les activités de tous les Vertébrés. Lire l’article