Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Querelles

Arts et Métiers d’avril 1980
Les disputes entre savants ont toujours été rudes.
Comme me le disait l’un d’eux: «Il ne faut rien exagérer, cela peut aller jusqu’à l’assassinat, mais jamais plus loin». Lire l’article

La «science infuse»

Arts et Métiers de mai 1977
La lecture d’un des derniers numéros du Bulletin of the American Physical Society[1] me remet en mémoire une question à laquelle je réfléchis depuis plus d’un quart de siècle, que j’ai discutée avec maints physiciens, chimistes, mathématiciens et autres savants, sans avoir jamais entendu ne fût-ce que l’esquisse d’une réponse satisfaisante. Lire l’article

Plus personne pour comprendre les mystiques?

Question De. No 2, 1er trimestre 1975.
Aussi loin que l’on remonte, l’homme intérieur a toujours existé: «Il n’est aucune part en moi qui du divin soit séparée», peut-on lire déjà dans le Livre des Morts de l’ancienne Égypte, composé, nous disent les savants, entre le XXIVe et le XXIIe siècle avant notre ère. Lire l’article

La Science est-elle un Clergé

Arts et Métiers de décembre 1977
Le lecteur comprendra que je m’abstienne pour répondre à M. Maugin, «Ph. D. Princeton, C.N.R.S., Université de Paris», etc., du ton que lui-même croit devoir prendre. Je feindrai donc que M. Maugin est un homme bien élevé et respectant ses lecteurs, me bornant à corriger ses allégations.
Jack Sarfatti, «Physicien»
Comme M. Maugin, Sarfatti est Ph. D., Université de Californie à Riverside, mais aussi ancien «member of the Physics Faculty» à l’Université de San Diego, ancien Research Fellow à Birbeck Collège, Université de Londres, et à l’United Kingdom Atomic Energy Research Establishment de Harwell, etc. M. Maugin lui reproche ses tendances «métaphysiques» et «parapsychologiques». Lire l’article

The strange case of Dr “X” – part 2

Flying Saucer Review – Vol. 17, n°6, November 1971
During the night of November 1-2, 1968, an individual — whom I have called Dr “X” — claims that he witnessed a very complicated spectacle involving the movements of two objects which fused into one and then vanished on the spot. The duration of the alleged spectacle is several minutes. For ten years prior to the sighting, Dr “X” has been suffering from a hemiparesis of both limbs on the right side, resulting from a war-wound received in Algeria on May 13, 1958, and he also has a fresh wound on the left leg, not healed, dating from three days previously (October 29, 1968). After the sighting these two wounds are healed. Lire l’article