Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Celui qui pleurait à Pasadena

France Catholique − N° 1553 – 17 septembre 1976.
Quand, en juillet dernier, le directeur du projet Viking annonça que le premier des deux engins s’était posé sans mal à la surface de Mars, ce digne homme éclata en sanglots devant les journalistes venus aux nouvelles. Lire l’article

Conte de Noël: jamais plus…

France Catholique N° 1410 – 21 décembre 1973.
C’était tout à l’heure autour de lui une joyeuse agitation: les deux grands frères, le père, la mère. On nouait une cravate, on moulait une bande molletière, on chuchotait, on riait tout bas. Tout bas, pour ne pas le réveiller. Car lui, le petit garçon, dans son lit à barreaux de mélèze, reposait, immobile, les yeux clos. Lire l’article

Misraki–Samivel: la musique des âmes et celle des cimes

France Catholique − N° 1911 – 29 juillet 1983.
Tout le monde ne peut décrocher son prix Lénine avec félicitations du jury, comme le brave général Jaruzelski. Prix Lénine de quoi, à propos? On ne nous l’a pas dit, sauf erreur. Peut-être de «littérature» pour le beau discours qu’il fit, non sans trac, devant le Pape? Ou bien «de la paix», pour avoir inventé l’état de guerre, entre un gouvernement et son peuple. Lire l’article

Contre les idoles de l’esprit

France Catholique − N° 1425 – 5 avril 1974.
J’ai noté voilà peu, dans la presse, une annonce publicitaire pour une «Ligue athée» présentée par M. Francis Perrin, de l’Académie des Sciences. M. Francis Perrin est encore plus savant que je ne croyais: il sait que Dieu n’existe pas. Comment le sait-il? Peut-être a-t-il cherché Dieu dans sa science et ne l’a-t-il pas trouvé [...] Lire l’article

Un atome de sagesse

Arts et Métiers – Mai-Juin 1982.
Est-ce ou non la réalité que la science découvre, étudie et mesure? Question apparemment absurde, spécialement aux yeux de l’ingénieur qui utilise la science pour manier et utiliser les réalités de la nature.
Pourtant les physiciens de l’école orthodoxe, dite de Copenhague à cause de Bohr, se posent cette question et ils y répondent par la négative. Lire l’article