Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

L’âge et l’esprit

France Catholique − N° 1432 – 24 mai 1974
«La grande difficulté, dit Voltaire, est de comprendre comment un être, quel qu’il soit, a des pensées.» Oui. Mais il ajoute un peu plus loin: «La philosophie consiste à s’arrêter quand le flambeau de la physique nous manque.» Diable! si la philosophie ne va pas plus loin que la physique, à quoi bon l’ajouter à la physique? Popper me semble bien avoir raison quand il dit qu’au contraire, c’est quand la physique nous manque qu’il faut commencer à philosopher. Lire l’article

Un petit caillou sur la berge: qui peut scruter au télescope le mystère divin?

France Catholique − N° 1672 – 29 décembre 1978
Comment une information scientifique devient-elle une information journalistique? Sauf pour quelques découvertes qui sont faciles à vulgariser d’une part, et ont une importance aisément compréhensible d’autre part, cette question relève des mystères de la Communication, science très douteuse à laquelle j’ai consacré 31 ans de ma vie professionnelle. Lire l’article

Einstein, prophète de l’imprévisible

France Catholique − N° 1685 – 30 mars 1979
«Sur la plage battue par les vagues infinies du temps, j’ai seulement ramassé un caillou.»
Quelle prescience mit sous la plume de Newton cette phrase étrange, frémissante, comme le «silence éternel» de Pascal, mais où la prophétie se lit littérale? Un caillou: ein Stein…
Einstein. Son nom fera rêver tant qu’il y aura des hommes. Lire l’article

Le colloque du Haut-Clamart

La Vie des Bêtes N°38 de septembre 1961
Perdu dans la cohue citadine, mais bien garanti d’elle par l’épaisseur bourgeoise des maisons, je partage le privilège d’un vaste parc avec une société de chats que je m’honore de fréquenter pour mon enseignement et mon édification. C’est une société très stricte, dont l’étiquette féodale gouverne tout un peuple de matous d’affaires gras et lustrés, de gredins faméliques, de prélats, de mères popotes, de matamores et de filles de joie. Lire l’article

Plus personne pour comprendre les mystiques?

Question De. No 2, 1er trimestre 1975.
Aussi loin que l’on remonte, l’homme intérieur a toujours existé: «Il n’est aucune part en moi qui du divin soit séparée», peut-on lire déjà dans le Livre des Morts de l’ancienne Égypte, composé, nous disent les savants, entre le XXIVe et le XXIIe siècle avant notre ère. Lire l’article