Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Les frontières de la physique en 1979

Arts et Métiers de juillet-août 1979
Victor F. Weisskopf vient de publier un passionnant article sur «Les frontières contemporaines de la physique»[1]. La personnalité éminente de Weisskopf, une des lumières du Massachusetts Institute of Technology, aussi bien que l’autorité particulière de Science, porte-parole de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (A.A.A.S.), invitent à une lecture attentive de ce texte important. Sa densité exclut le résumé. Mon article ne vise qu’à donner envie de lire l’original. Lire l’article

Croissance et sécurité

Arts et Métiers de janvier-février 1979
Incroyable que tout ait marché si Parfaitement, s’est exclamé le directeur du Projet Pioneer le 9 décembre dernier, quand le cinquième et dernier appareillage de l’expérience se fût posé sur le sol de Vénus.
Les journaux ont aussi parlé de la «stupeur» des patrons de la N.A.S.A. après cet exploit. Lire l’article

La nouvelle physique

Arts et Métiers de juin 1977
Comme on le sait, Einstein n’admit jamais que les équations de la mécanique quantique fussent autre chose qu’un procédé de calcul. Il refusait de croire, selon son expression, «que Dieu joue aux dés». Il entendait par là que, derrière la forme statistique des lois quantiques (supposant l’indétermination réelle des phénomènes élémentaires), il y avait d’autres phénomènes, encore inconnus certes, mais obéissant à des lois rationnelles et concevables. Lire l’article

Sur deux passages de l’Iliade

Lumières dans la nuit n°145 mai 1975
Il y a dans l’Iliade, parmi tant de mystérieuses beautés, deux passages propres à nous faire rêver, nous autres ufologues. Le rêve est une activité féconde tant que l’on ne se met pas à le confondre avec la réalité. Ce qui n’empêche que certains rêves s’avèrent finalement être la réalité. Mais il faut le prouver, et c’est là le plus difficile. La Troie de Schliemann ne fut longtemps qu’un rêve. Lire l’article

Crocheter le verrou

Arts et Métiers de septembre 1977
Le rêve de l’économiste et de l’ingénieur se trouvera évidemment réalisé quand les lasers de Limeil ou du L.L.L. auront enfin déclenché la fusion nucléaire auto-entretenue.
Mais il y a un autre rêve, peut-être une autre issue, connus et caressés actuellement par les seuls physiciens théoriciens spécialisés dans l’investigation du collapse, ce «mystère transcendant», comme disait Niels Bohr. Lire l’article