Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Software et politique

France Catholique − N° 1339 – 11 août 1972
On sait (on le lit tous les jours) que si les États-Unis d’une part, la Russie et la Chine de l’autre, sont si désireux de passer l’éponge sur leurs querelles, c’est que les premiers ont grande envie de vendre, et les autres d’acheter. Lire l’article

L’homme téléguidé

Modes de Paris n° 200 – novembre 1962
Pourquoi avez-vous décidé de lire cet article? La robe que vous portez, pourquoi l’avez-vous choisie ce matin? Pourquoi la tête de Monsieur X… ne vous revient-elle pas? Pourquoi aimez-vous votre mère? Regardez en vous-même et essayez de répondre à ces questions. Peut-être leur trouverez-vous à toutes une réponse. Mais cette réponse sera-t-elle la bonne? Lire l’article

Les savants russes et les anges

France Catholique − N° 1306 – 24 décembre 1971
Pourquoi les savants s’intéressent-ils tant aux quasars? Pourquoi leurs discussions sur ces astres si lointains que l’œil ne peut les voir et si anciens qu’ils ont peut-être depuis longtemps cessé d’exister sont-elles passionnées au point que, parfois, les mots «charlatan» ou «vous en êtes un autre» se devinent entre les lignes de leurs communications? Lire l’article

Baguettes, pendules et sourciers

France Catholique − N° 1343 – 8 septembre 1972
Un lecteur (M. l’abbé D., de Lille), me demande ce que je pense des sourciers et de la radiesthésie. Voilà, monsieur l’Abbé, une question embarrassante. Car, d’une part, il est certain que la radiesthésie n’est pas une science. Et donc que, quand elle se déguise en science, c’est une fausse science. Lire l’article

L’ordinateur-roi ?

France Catholique − N° 1268 – 2 avril 1971
Si l’on était moins paresseux, on devrait réfléchir davantage à l’évolution des ordinateurs. Qu’est-ce donc que cette machine qui «pense» fantastiquement plus vite que l’homme et qui, cependant, se trompe si souvent de façon grossière et même absurde? L’amiral Jubelin rappelait récemment dans un journal de province quelques-unes de ces bévues: la plus retentissante est la faillite de Rolls Royce causée par une erreur d’appréciation sur un nouveau matériau destiné aux aubes des turbines. Lire l’article