Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

La troublante loi de Good

France Catholique − N° 1289 – 27 août 1971
Tout ce qu’il a fait de grand et de moins grand, l’homme l’a d’abord rêvé. Non seulement la raison la plus sage ne nous interdit pas de rêver, mais elle nous y convie. L’essentiel, en rêvant, est de ne pas oublier qu’on rêve. De ne pas dormir debout. Lire l’article

La création à pile ou face

France Catholique − N° 1368 – 2 mars 1973
[...] La variation de la masse en fonction de la vitesse a quelque chose qui choque le bon sens. L’idée qu’un sac de plume suffisamment accéléré puisse peser autant qu’un sac de plomb, semble aberrante[1]. «Comment le savez-vous? a-t-on envie de demander aux physiciens. En êtes-vous bien sûrs?» Lire l’article

Les ovni dans la science

France Catholique − N° 1423 − 22 mars 1974
Mon article du 25 janvier dernier sur les «soucoupes volantes» s’est périmé à une vitesse inespérée. Tant de faits nouveaux (du moins pour le public) sont survenus depuis qu’il me faut y revenir.
D’abord, foin de ces précautions devenues inutiles! Le 21 février, M. Galley, Ministre des Armées, levait une fois pour toutes l’embarras que depuis 1947 tout homme soucieux de sa bonne réputation éprouvait en France à aborder ce sujet. Lire l’article

Sciences – Frontière

Question De. N°29, 1er trimestre 1979
Longue vie à Sciences-Frontière, la nouvelle revue scientifique qui publie les travaux dont les savants jusqu’ici n’osaient parler qu’entre eux. La matière du premier numéro donnera une idée de son originalité. Lire l’article

L’humanité a dépassé enfance: elle doit quitter son berceau!

Question De. N°29, 1er trimestre 1979
La cinquantaine, le corps svelte et vif du sportif, la tête casquée d’une chevelure plate coupe Jeanne d’Arc (version Dreyer), sur le visage cette expression enfantine et fulgurante qui est souvent celle du génie: c’est Gérard O’Neill, professeur de physique à Princeton.
En 1956 (29 ans), il conçoit l’idée de l’anneau de stockage des particules, qu’il met dix ans à réaliser, et qui, maintenant, équipe à peu près tous les accélérateurs de particules du monde. Lire l’article