Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

C’est la faute à Rousseau!

France Catholique − N° 1618 – 16 décembre 1977
Un monsieur, l’autre jour, expliquait à France-Culture comment il assumait sa virilité, et je pensais à l’argumentation si profonde et si vraie de Rousseau sur, ou plutôt contre, les spectacles. Lire l’article

L’illumination ou l’œil de l’esprit

La Revue du 3e Millénaire, ancienne série No 6, janvier-février 1983
Le serpent qui glisse vers sa proie, si soudain celle-ci vient à disparaître, c’est-à-dire si elle cesse d’être perçue par aucun de ses sens, qui sont très différents des nôtres, aussitôt sa poursuite cesse et il s’en va vers d’autres chasses. La proie peut n’être que cachée, toute proche, éperdue d’effroi. Cependant, si par aucun de ses sens, le serpent ne la perçoit, c’est comme si elle avait cessé d’être. Pour le serpent, ce qui n’est pas perçu n’existe pas. Lire l’article

Psychologie du leader

France Catholique − N° 1431 – 17 mai 1974
C’est une captivante expérience de psychologie collective que les élections présidentielles à la française. La Constitution imaginée par le général de Gaulle, avec son scrutin direct, ne ressemble de ce point de vue à aucune autre, du moins parmi les principales Constitutions contemporaines. II est vrai que les Américains élisent eux aussi leur président. Mais leur scrutin est indirect et leurs candidats ont besoin du parrainage d’un parti. En France, c’est le choix de l’homme sur sa mine, ses propos, sur sa personne. Lire l’article

Lyssenko est toujours vivant

France Catholique − N° 1568 – 31 décembre 1976
On fait, en lisant le dernier livre du Pr P.-P. Grassé, deux navrantes découvertes.
La première est que cet éminent zoologiste, ce puits de science, l’un des derniers savants du monde à pouvoir, après des dizaines d’années de travail assidu, embrasser d’un coup d’œil l’ensemble de la biologie, ce grand savant, dis-je, prend ses adversaires pour des imbéciles. Lire l’article