Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

logo-download

Les invectives de Diogène

Côté bleu, côté rouge

Chronique parue dans la revue Atlas Air France n°86 d’août 1973

 

Cela fit boum et même, je crois, boum-bada-boum. Je m’éveillai en sursaut et constatai qu’une fois de plus j’avais de la chance, car deux très belles voitures toutes neuves venaient de se caramboler, et ce à moins de trois mètres de mon tonneau.

Supposez que leurs pilotes aient mal visé, ou que l’un soit allé un peu moins vite, je n’aurais rien vu; au lieu que là, j’étais aux premières loges.

Après le boum, il y eut un moment de silence et d’immobilité. Les deux belles voitures, l’une rouge, l’autre bleue, formaient comme un tableau abstrait. Une portière s’ouvrit et un monsieur jaillit du tableau abstrait, côté bleu. Il était bleu aussi, surtout son œil droit, fortement poché, et comme la foule s’assemblait, il entreprit de lui expliquer les torts du côté rouge. Jamais accident n’avait été si clair. Le côté rouge conduisait incontestablement comme un ceci et un cela, le monsieur bleu était indigné, j’étais indigné, la foule était indignée.

La voix du monsieur bleu commençait à s’enrouer quand la porte rouge à son tour s’ouvrit, livrant passage au deuxième personnage du tableau abstrait.

C’était une dame et, bien que l’harmonie de son chapeau eût un peu, sous l’effet du choc, débordé sur son visage, on ne pouvait guère douter que celui-ci exprimât une vive contrariété. Comme ses cordes vocales étaient fraîches, elle put sans peine démontrer comme le nez au milieu du visage que si le côté bleu n’avait pas accéléré à l’orange jamais pareil malheur ne fût arrivé à la voiture toute neuve et au beau chapeau d’une faible femme. Sur quoi la dame éclata en sanglots, et seule l’arrivée de l’agent sauva le monsieur bleu d’un juste lynchage.

L’agent considéra le tableau abstrait d’un œil de connaisseur.

Il en fit le tour, apprécia de la main les savantes imbrications du bleu dans le rouge et inversement, et dit: «Mâtin!», puis pria les deux adversaires, en commençant courtoisement par la dame, d’exposer leur cas.

Quand la dame eut fini, le monsieur bleu était l’auteur indiscutable du tableau abstrait.

L’agent lui demanda sévèrement s’il était d’accord. Cet homme de mauvaise foi déclara, en se tamponnant l’œil droit, que tous les torts de l’affaire retombaient bel et bien sur la dame rouge.

Je vous laisse le soin d’approfondir. Quant à moi, je trouvai très beau l’œil droit du monsieur bleu. Il ressemblait à un soleil couchant J’ai la passion des soleils couchants.

Diogène