Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

logo-download

Le nombril du monde

Chronique parue dans France Catholique − N° 1298 – 29 octobre 1971

 

Le mystère des quasars rebondit, nous en parlerons plus en détail dans une prochaine chronique. Je voudrais expliquer aujourd’hui en quoi ce problème d’astronomes doit donner à réfléchir à tout homme sensé, même non-astronome.

Quand, dépouillant tout orgueil, on lit Isaïe, Daniel, l’Ecclésiaste et maint autre texte de la Bible, on ne peut que se convaincre de la petitesse de l’homme dans l’univers. Mais savoir cela par la foi et y être conduit par la science sont deux voies inégales. Si la Bible va au fond des choses, elle n’instruit que le croyant. Au lieu que même l’esprit fort et je dirai surtout lui, s’il est conséquent, est contraint de se rendre aux enseignements de la science. Rappelons donc d’abord quelques chiffres.

Le vertige des nombres

Supposons que la Terre soit réduite à une petite bille d’un demi-millimètre de diamètre. À la même échelle, le Soleil aura la taille d’une boule de billard située à 7,60 mètres. La Lune, quant à elle, ne sera qu’un grain de poussière d’un dixième de millimètre tournant à 4 centimètres de la Terre. Mais le Soleil, on le sait, n’est qu’une étoile. Toujours à la même échelle, où devrions-nous placer la plus proche étoile après lui? À 2’000 kilomètres. Cette étoile (Proxima du Centaure) et notre Soleil appartiennent à un même système, notre galaxie, la Voie lactée. Les mêmes proportions étant gardées, notre petite bille d’un demi-millimètre se trouvera à quelque 20 millions de kilomètres du centre de la galaxie: nous avons beau faire et réduire la Terre à un grain de poussière, de nouveau nous revoici confrontés avec l’immense.

Cette galaxie, au moins sera-t-elle le tout de l’univers? Eh, non! Pointé sur un petit coin de ciel dans la constellation appelée Chevelure de Bérénice, le télescope Schmidt de 45 centimètres du mont Palomar obtient une petite plaque photographique moins large que l’ongle du pouce et où, à l’agrandissement, on compte 654 galaxies. Rappelons que, dans une galaxie moyenne, il y a entre 100 et 200 milliards de Soleils. Laissons là le Schmidt de 54 centimètres d’ouverture et pointons vers le même canton du ciel le Schmidt de 120 centimètres du même observatoire. Cette fois, on compte 10’724 galaxies.

Ces chiffres, cent fois vulgarisés, sont bien connus. Ils écrasent. Et comme ils écrasent, notre désir d’aveuglement y cherche une parade. Cette parade (on en voit une belle démonstration dans le livre de Monod) est habituellement la théorie du nombril du monde. Certes, admet-on, l’univers matériel est immense. Mais ce n’est que l’univers matériel, dominé par la pensée de l’homme. La preuve de sa domination, c’est qu’il mesure cette immensité.

Certes. Mais d’où tient-on que cette immensité n’est que matérielle?[1] Il y a exactement dix ans, en novembre 1961, l’Académie nationale des sciences des États-Unis réunissait à l’Observatoire national américain de radioastronomie une commission de onze astrophysiciens, chimistes et biologistes à qui l’on demandait d’émettre un point de vue sur la possibilité de la vie extraterrestre. Ces savants tombèrent d’accord pour estimer que l’existence de la vie, et d’une vie évoluée, est infiniment probable dans l’univers cosmique.

En fondant leurs évaluations sur ce que l’on sait de l’apparition de la vie sur terre, sur ce que l’on sait d’autre part des systèmes planétaires, stellaires, du nombre des étoiles de type solaire et de tous les éléments désirables pour une telle discussion, ils proposèrent le nombre d’un million comme une évaluation très raisonnable du nombre des civilisations au moins aussi avancées que la nôtre dans notre seule galaxie. Les chiffres extrêmes avancés s’étalaient entre 10’000 et un milliard de civilisations. Revenant plus récemment sur cette discussion[2], l’astrophysicien français Pierre Guérin confirmait en gros cet ordre de valeurs. Cela pour notre seule galaxie. Et je rappelle que l’on peut compter 10’724 galaxies sur une photo plus petite qu’un timbre-poste.

Pas de preuves des présomptions

Sans doute peut-on plaider qu’il ne s’agit là que de présomptions: la preuve scientifique qu’il existe une seule de ces civilisations présumées reste encore à faire. Mais il faut remarquer que l’absence de preuve revêt en l’occurrence une signification très restreinte: il y a une différence essentielle entre l’absence de preuve par échec et l’absence par impossibilité. Il s’agit ici d’une absence par impossibilité: pour l’instant, il n’existe aucun moyen d’obtenir cette preuve, même s’il y a autant de civilisations que d’étoiles. En revanche, toutes les présomptions expérimentales imaginables sont positives. Pour que la vie apparût quelque part ailleurs que sur la Terre, il fallait que les étoiles fussent des soleils, que ces soleils eussent des planètes, que la structure terrestre (composition chimique du sol, atmosphère faite d’azote, d’eau et de gaz carbonique) découlât des mécanismes ordinaires de formation des planètes, que les matériaux fondamentaux de la vie fussent abondants dans l’espace. Tout cela est prouvé par l’observation.

Le dernier élément (abondance des molécules organiques dans l’espace) a été démontré par les expériences d’astronautique depuis la Conférence de 1961. Autrement dit, chaque fois que l’on a les moyens de tester une nouvelle présomption favorable, le test s’avère positif. Dans toute la mesure de ce qui est décelable par les moyens de la science, l’univers semble être conçu en vue de la vie.

En direct de la création

Et c’est ici que le problème des quasars prend sa signification. Les quasars sont, jusqu’à nouvel ordre, les corps les plus lointains accessibles à la science. Ils sont si éloignés que la lumière que nous en recevons a mis parfois près de dix milliards d’années pour nous parvenir. En d’autres termes, ils nous livrent une image de l’univers toute proche de ses origines, et peut-être de sa création. Il est difficile à quiconque admet un sens aux choses de croire que s’il nous a été donné de porter jusque-là nos regards ce ne fut pas pour nous éclairer.■

Aimé Michel

Notes:

(1) Carl Sagan: Direct contact among galactic civilizations by Relativistic interstellar spaceflight. (Planetary and Space Science, vol. 11 p. 485, 1963.) Carl Sagan est professeur d’astrophysique à l’Université Cornell et astronome au Smithsonian astrophysical Observatory.

(2) Pierre Guérin: Planètes et Satellites p. 291. (Larousse.) Guérin est maître de recherches à l’Institut d’astrophysique de Paris.