Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

logo-download

«Le silence de la pensée cosmique
une clé vers de nouvelles idées…»

Préface au livre de Jean-François Boëdec OVNI sur le Finistère,
Éditions des Montagnes Noires (2011)

par Aimé Michel


Un examen approfondi de dossiers tels que celui-ci rassemblés dans le monde entier donnerait son vrai sens au «principe anthropique» actuellement envisagé par les cosmologistes.

Il n’est pas possible en effet de remonter correctement aux conditions initiales à partir de la seule évolution terrestre, à moins de poser le postulat que la terre est une exception, ce qui contredit le principe même.

Les cosmologistes devraient ressentir le silence de la pensée cosmique exactement dans le même sens qu’Olbers posa le caractère paradoxal du fond noir du ciel: comme une impossibilité à expliquer, peut-être comme une clé vers de nouvelles idées: on sait que la solution fut l’expansion de l’univers.

Saint-Vincent-les-Forts
4 mars 1982