Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Dans la machinerie cérébrale

France Catholique N° 1428 − 26 avril 1974.
Rappelons d’abord ce que j’exposais dans ma dernière chronique: un physiologiste de Berkeley, le Pr Rosenzweig, vient de montrer que l’effort intellectuel prolongé produit trois effets sur les neurones du cortex cérébral des rats: 1) il accroit leur volume, 2) il diminue leur nombre, 3) il accroît le taux de l’acide ribonucléique (ARN) de ces neurones. Lire l’article

Comment naquit la violence

Atlas – Air France n°80 – février 1973.
Selon les calculs du psychiatre autrichien Friedrich Hacker, il y a eu dans les pays de civilisation occidentale, pendant chaque jour et chaque nuit des cent cinquante dernières années, un homme tué par un autre homme à la minute. Au cours des cinquante dernières années, ce chiffre n’a pas cessé d’augmenter, passant à un homme toutes les vingt secondes. Lire l’article

Si les parents étaient pédagogues

Atlas – Air France n°89 – novembre 1973.
Quand on arrive dans un pays inconnu, aussi étranger soit-il, ce sont les enfants qui, toujours, déconcertent le moins. Rien ne ressemble plus aux jeux et manèges d’une troupe d’enfants que les jeux et manèges d’une autre troupe d’enfants, qu’ils soient parisiens, bantous, esquimaux ou indiens. Lire l’article

Comment la nature fait bon usage des calamités

La Vie des Bêtes n°107, juin 1967.
La menace continue à peser sur le littoral de France et de Grande-Bretagne: la carcasse du «Torrey Canyon», disloquée par la dernière grande marée, crache ses dernières tonnes de pétrole brut. D’autres pétroliers profitent de la catastrophe pour «démazouter» n’importe où… Lire l’article

Le mystère des grands fonds marins

Modes de Paris n° 201 – décembre 1962
Quand l’été dernier, le bathyscaphe français « Archimède » s’est posé au fond de la fosse des Kouriles, au Nord-Est du Japon, à près de 10 kilomètres sous la surface de l’océan, ses deux occupants ont pu se dire que le monde qui s’offrait à leurs yeux à travers les hublots, était le plus étrange que les hommes aient jamais contemplé Lire l’article