Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Rêveurs prenez garde!

France Catholique N° 1440 – 19 juillet 1974.
Le développement le plus inattendu peut-être de la science des rêves, née il y a moins de vingt ans dans le laboratoire de Nathaniel Kleitman, à l’Université de Chicago, c’est l’étrange lumière qu’elle jette sur le rôle protecteur des songes. Lire l’article

Des thériodontes et des hommes

France Catholique N° 1407 – 30 novembre 1973.
L’évolution, c’est comme les plaies d’Égypte, qui suscitent la foi d’Israël et endurcissent le cœur du Pharaon. Pour Teilhard de Chardin, elle chantait la gloire de Dieu et annonçait un mystérieux point oméga. Pour les néo-darwiniens, elle montre que le monde est un désert glacé. Lire l’article

Connaître la Terre pour connaître l’univers

France Catholique − N° 1245 – 23 octobre 1970.
La foule, dans le métro. La cohue de la rue. Le grouillement de la mer, celui d’une prairie. Qui de nous, prenant un recul vers l’infini devant ces spectacles vivants, ne s’est un jour demandé s’ils n’ont pas une signification cosmique, universelle; si ce qui se déroule là, si familier, devant nos yeux, ne se déroule pas aussi, plus ou moins identique, en une infinité de lieux de l’espace et dans l’incommensurabilité du temps? Lire l’article

Un univers parallèle…

Satellite n°25, janvier 1960.
En science fiction, l’idée que notre univers familier n’est pas le seul existant est un des thèmes les plus féconds et les plus fascinants. Un visiteur s’égare dans un vieux château, trouve une porte ignorée, la franchit et pénètre dans un monde inconnu, impossible à situer sur une carte ou dans une chronologie. Lire l’article

Faut-il brûler les auteurs de space-operas?

Fiction n°80 – juillet 1960.
Si, comme je le crois, l’expression «fanatiques de la science-fiction» correspond à une réalité, cette chronique va m’attirer des menaces de mort. Tant pis. Ayant rédigé mon testament, salué mes amis et fait mes dernières recommandations à mon fils [...] Lire l’article