Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Pruneaux d’Agen

Arts et Métiers – Septembre-Octobre 1985.
{…} L’ennui avec l’économie mondiale, rongée elle aussi par un mystérieux cancer, c’est qu’on n’a même pas encore réussi à déterminer la voie qui conduit à poser clairement la question. Que faut-il guérir? Le chômage? Le système monétaire? Les budgets? Les balances? Ces maladies sont-elles d’essence différente? L’une d’elles provoque-t-elle toutes les autres? Cachent-elles une autre maladie que l’on n’a pas encore baptisée? Lire l’article

Savoir technique – savoir social

Arts et Métiers – Juin-Juillet 1985.
Les cadres et chefs d’entreprise français voient souvent le processus d’évolution actuel comme une spirale ne conduisant nulle part: il faut investir, emprunter, se serrer la ceinture pour rembourser, et garder son sang-froid en piétinant tandis qu’apparaissent sur le marché des produits plus compétitifs. Lire l’article

Révélation chez les économistes

Arts et Métiers – Mars 1983.
«Depuis 1973, la science économique universitaire a fait faillite; les hommes ne disposent plus d’instrument propre à comprendre ce qui leur arrive…» Divine surprise! Enfin un, et lequel! qui écrit noir sur blanc ce lumineux constat familier aux lecteurs de notre Revue. Signé cette fois d’un plus grand nom: Jean Fourastié, de l’Institut. Lire l’article

Une importation forcée: le chômage

Arts et Métiers – Janvier 1982.
Il me semble, sauf omission, que les graves messieurs périodiquement réunis en conférence pour faire appel à nos bons sentiments à l’égard du Tiers Monde répandent trois arguments, trois seulement:
1) Les Riches doivent faire quelque chose pour ces Pauvres qui meurent de misère. Il est honteux qu’au XXe siècle, etc.
2) C’est l’intérêt des Riches de faire quelque chose pour ces Pauvres qui, etc., car ces Pauvres détiennent une part des matières premières dont nous ne pouvons nous passer;
3) Si l’on n’aide pas ces Pauvres qui, etc., c’est très dangereux, car leur misère finira par exploser. Lire l’article