Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Des hommes et des hommes à ne savoir que faire

Écho de la mode N°27 – 6 juillet 1969
Les savants, si habiles dans l’art des nombres, font parfois d’étranges calculs. Certains sont très compliqués, et seuls peuvent les comprendre ceux qui ont longtemps pâli sur les mathématiques supérieures. Mais les plus étranges sont parfois les plus simples. Lire l’article

S’empoisonner l’âme

Atlas – janvier 1971
Les effets de la drogue sont bien différents selon qu’ils sont décrits de l’intérieur, par le drogué lui-même vivant son expérience ou essayant après coup de la décrire, ou de l’extérieur, par un observateur muni de tout l’appareil des techniques biologiques. Lire l’article

Le nombril du monde

France Catholique − N° 1298 – 29 octobre 1971
Le mystère des quasars rebondit, nous en parlerons plus en détail dans une prochaine chronique. Je voudrais expliquer aujourd’hui en quoi ce problème d’astronomes doit donner à réfléchir à tout homme sensé, même non-astronome. Lire l’article

Ces dames du manifeste

France Catholique − N° 1273 – 7 mai 1971
Revenons à ces dames, au nombre de 343, qui ont cru devoir informer le monde qu’elles se sont fait avorter. Luc Baresta a dit l’autre semaine les réflexions que leur manifeste lui inspirait au point de vue moral, philosophique, théologique. M’abstenant de tout jugement, [...] je voudrais rapporter ici quelques faits établis par la biologie et l’éthologie et qui donnent peut-être à réfléchir. Lire l’article

Le «Jugement dernier»: nous avons les moyens de notre extermination

France Catholique − N° 1261 – 12 février 1971
J’ai parlé naguère ici de l’Apocalypse molle, celle que les hommes se préparent eux-mêmes en maîtrisant peu à peu les mécanismes de la vie. J’ai dit comment nos laboratoires nous donneront les moyens de transformer notre être physique et psychique avant que nous soyons tombés d’accord sur l’usage de cette terrifiante maîtrise. D’ici trente ans, l’homme deviendra son propre démiurge. Mais un démiurge aveugle, et peut-être fou. Lire l’article