Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Qu’y a t-il dans le placard?

Arts et Métiers – Octobre 1981.
Toute la technologie actuelle tire sa source de découvertes datant de presque un demi-siècle, si l’on ne considère que les découvertes vraiment fondamentales. Le laser (Gould, Townes, Schawlow) date de 1958, mais s’intègre entièrement et peut-on dire se déduit des principes de la physique quantique établis vingt ans plus tôt. Lire l’article

Au delà de la navette

Arts et Métiers – Juin 1981.
Le lancement de la navette nous donne l’occasion rare d’observer l’un de ces événements où des mobiles limités, voire presque médiocres, marquent en fait, au-delà d’eux-mêmes, un début qui passe l’imagination.
Les Américains ont expliqué ces buts limités, nous les avons entendu à la télévision, lus dans les journaux et les revues scientifiques. Il s’agit, après vingt-trois ans d’exploration d’occuper l’espace pour l’exploiter. Lire l’article

«Cette étrange matière»

Arts et Métiers – Mai 1976.
Le professeur Alfred Kastler vient de publier[1] le seul livre de langue française à ma connaissance qui raconte la naissance, le développement, les échecs et les succès de la physique quantique depuis, je dirai, sa préhistoire – depuis, Carnot, Boltzmann, Balmer, Roehm – jusqu’au laser et au maser. Lire l’article

Casse-tête divers

Arts et Métiers – avril 1981.
L’un des casse-tête des pays avancés est certainement l’humeur baladeuse des milliers de milliards pétrodollars qui, au lieu de s’investir, provoquent l’instabilité (précisément en se baladant) et spéculent sur ce qu’ils provoquent sans même s’enrichir. Lire l’article

Éléments de néaniologie

Arts et Métiers – mars 1981.
Il manque une science de la jeunesse, et l’on me permettra ici de l’inventer, ou du moins son nom, en attendant que d’autres se retroussent les manches: la néaniologie. Ce n’est pas un beau nom, mais il est exact et pédant, ce qu’il faut. Ho nêanias, dans la langue de Socrate, veut dire le jeune homme. Lire l’article