Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

C’est la faute à Rousseau!

France Catholique − N° 1618 – 16 décembre 1977
Un monsieur, l’autre jour, expliquait à France-Culture comment il assumait sa virilité, et je pensais à l’argumentation si profonde et si vraie de Rousseau sur, ou plutôt contre, les spectacles. Lire l’article

Of men, cats and Magonia

Flying Saucer Review – Vol. 16, n°5, September-October 1970
Sir; I read Luis Schönherr’s article Observations of a Sceptical Believer (FSR Vol. XVI, No. 3, p. l6) to my cat. He liked it very much.
“Excellently reasoned”, said the cat, “and the proof of this is that I myself reason in the same manner. I too have reflected and I too have found three possible reasons. I have reflected on the incomprehensible behaviour of mankind, and I have found three reasons to explain it.” Lire l’article

The Problem of Non-Contact

Flying Saucer Review – Special Issue “The Humanoids”, October-November 1966
In this article, I shall take the word contact not in the restricted sense used by Gordon Creighton — a brief and limited intellectual exchange between a few individuals — but rather in the basic sense of an exchange as complete as possible between communities, at all levels and in all imaginable fields. The contact to which I refer is, for example, that which exists between two peoples whose countries are members of the United Nations Organisation. Lire l’article

Le témoin caché

France Catholique − N° 1493-1494 – 25 juillet-1er août 1975
Des armes plus redoutables que l’arme nucléaire sont possibles, a dit M. Brejnev.
Et chacun de s’interroger: quelles armes? Étant donné que les armes nucléaires déjà existantes suffiraient à tuer tout le monde, que peut-on imaginer de pire? Il y aurait donc pire que la mort universelle? Lire l’article

Le problème de non-contact

Chapitre 11 du livre collectif dirigé par Charles Bowen The Humanoids (Neville Spearman, 1967 – Traduction française En quête des humanoïdes Éditions J’ai Lu, 1974).
Dans ce chapitre de conclusion, je prendrai le mot contact non au sens restreint utilisé par Gordon Creighton — un échange intellectuel bref et limité à quelques individus —, mais au sens premier d’échange complet et continu entre communautés, à tous les niveaux et dans tous les domaines imaginables. Le contact auquel je me réfère est, par exemple, celui qui existe entre deux peuples dont les pays sont membres de l’Organisation des Nations unies. Lire l’article