Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

La chaise auscultatrice

France Catholique − N° 1532 – 23 avril 1976 1975
«Les ondes cérébrales enregistrées par l’électroencéphalographe, me disait il y a tout juste dix-huit mois un spécialiste de l’Université de Chicago (Fred Beckman), c’est aussi bête et vide de sens psychologique que le tremblotement de cette crème au caramel dans votre petite cuillère.» Lire l’article

Les maquilleurs de l’histoire

France Catholique − N° 1882 – 7 janvier 1983
Le samedi 11 décembre, France-Culture annonçait pour 18h une prometteuse émission sur le Pacte Germano-Soviétique du 23 août 1939. Je l’ai écoutée attentivement, car, en 1939, ceux de mon âge étaient à l’école et suivaient, heure par heure, comme dit la Radio, la mise en marche de cette fournaise où beaucoup de nous sentaient qu’ils allaient périr. Ce qui effectivement arriva pendant les cinq années suivantes. Lire l’article

Une expérience sur les rêves télépathiques

Question De. N° 7, 2e trimestre 1975
Depuis plusieurs années, une étude à long terme est conduite au Maimonides Hospital de New York par les docteurs Stanley Krippner et Montague Ullmann pour déterminer si les gens qui se connaissent – ou tout au moins se fréquentent et se rencontrent – peuvent exercer les uns sur les autres une action mutuelle inconsciente par des voies paranormales. Aimé Michel rapporte ici les conditions des expériences menées dans cet hôpital. Lire l’article

Le colloque du Haut-Clamart

La Vie des Bêtes N°38 de septembre 1961
Perdu dans la cohue citadine, mais bien garanti d’elle par l’épaisseur bourgeoise des maisons, je partage le privilège d’un vaste parc avec une société de chats que je m’honore de fréquenter pour mon enseignement et mon édification. C’est une société très stricte, dont l’étiquette féodale gouverne tout un peuple de matous d’affaires gras et lustrés, de gredins faméliques, de prélats, de mères popotes, de matamores et de filles de joie. Lire l’article

L’imprégnation créatrice

Revue La Vie des Bêtes N°46 de mai 1962
On parle beaucoup du docteur Konrad Lorenz, depuis un certain temps. Connu surtout des spécialistes par ses travaux sur les animaux qu’il s’efforce d’observer sans les gêner ni les influencer par sa présence, il est maintenant familier au grand public grâce à la télévision et aux articles que de nombreux journaux ont publié à son sujet. L’imprégnation, un mot de son invention, est le mystère du monde animal dont il est question ici. Lire l’article