Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Une importation forcée: le chômage

Arts et Métiers – Janvier 1982.
Il me semble, sauf omission, que les graves messieurs périodiquement réunis en conférence pour faire appel à nos bons sentiments à l’égard du Tiers Monde répandent trois arguments, trois seulement:
1) Les Riches doivent faire quelque chose pour ces Pauvres qui meurent de misère. Il est honteux qu’au XXe siècle, etc.
2) C’est l’intérêt des Riches de faire quelque chose pour ces Pauvres qui, etc., car ces Pauvres détiennent une part des matières premières dont nous ne pouvons nous passer;
3) Si l’on n’aide pas ces Pauvres qui, etc., c’est très dangereux, car leur misère finira par exploser. Lire l’article

Travail, ville et campagne

Arts et Métiers – Mars 1982.
Un plaisantin proposait jadis de bâtir les villes à la campagne. Saluons ce précurseur. Une de mes marottes étant les Ondes Courtes, j’écoute beaucoup les postes lointains. Voici le résumé d’un reportage entendu l’autre soir sur une station californienne]. Lire l’article

Casse-tête divers

Arts et Métiers – avril 1981.
L’un des casse-tête des pays avancés est certainement l’humeur baladeuse des milliers de milliards pétrodollars qui, au lieu de s’investir, provoquent l’instabilité (précisément en se baladant) et spéculent sur ce qu’ils provoquent sans même s’enrichir. Lire l’article

Réflexions sur la crise

France Catholique N° 1489 – 27 juin 1975.
Donc, M. Mitterrand a réuni les experts de l’économie socialiste pour examiner les divers aspects de la crise actuelle (voir FC-E du 20 juin, page 5). Et posant la question de savoir si le capitalisme allait s’effondrer, il a répondu: «Non, pas encore, et pas sans lutte politique». Lire l’article