Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Des machines intelligentes

France Catholique Ecclésia N° 1426 – 12 avril 1974.
La science des ordinateurs inquiète et fascine: le courrier souvent passionné reçu à la suite du débat organisé par la France Catholique lors du passage à Paris de Jacques Vallée, de l’Institut du futur, en témoigne. Il atteste le fossé de malentendus qu’une regrettable et peut-être dramatique absence d’information a laissé se creuser entre le public qui réfléchit et les savants. Lire l’article

Dans la machinerie cérébrale

France Catholique N° 1428 − 26 avril 1974.
Rappelons d’abord ce que j’exposais dans ma dernière chronique: un physiologiste de Berkeley, le Pr Rosenzweig, vient de montrer que l’effort intellectuel prolongé produit trois effets sur les neurones du cortex cérébral des rats: 1) il accroit leur volume, 2) il diminue leur nombre, 3) il accroît le taux de l’acide ribonucléique (ARN) de ces neurones. Lire l’article

Mort de l’homme algorithmique

Atlas – Air France n°78 – décembre 1972.
Il existe au Stanford Research Institute, en Californie, un programme de recherche intitulé «Augmenting human intellect», ce qui signifie «Accroissement de l’intellect humain». Lire l’article

Sur l’hypothèse extra-terrestre

Lumières dans la nuit n°164, avril 1977
Les ufologues qui s’en tiennent à l’Hypothèse Extraterrestre (HET) sont souvent qualifiés de retardataires (car, dit-on, il existe maintenant d’autres hypothèses «moins simplistes») et accusés de magie, voire de mysticité (car supposer l’existence dans l’espace lointain ou proche d’êtres supérieurs à l’homme, c’est «réintroduire les anges» voire Dieu).
Lire l’article

Simone et le poisson rouge

Toute la pêche – date inconnue
Quand le poisson longuement convoité se balance enfin au bout de sa ligne, il n’est pas, j’imagine, un seul pêcheur à qui vienne l’idée de mépriser le vaincu. [...] il est toujours flatteur d’accorder de hautes qualités combatives à l’adversaire qu’on vient de vaincre et sur qui l’on a donc fait preuve de sa supériorité[...] Lire l’article