Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Les origines de l’homme ou des légendes qui s’écroulent

France Catholique − N° 1591 – 10 juin 1977
Le physicien Américain Tom Bearden, théoricien de la physique mathématique et spécialiste de l’armement nucléaire, prévoit qu’à la suite des découvertes révolutionnaires actuellement en gestation, l’humanité passera au cours des décennies à venir – peut-être au début du XXIe siècle – par une période de choix total. Nos proches descendants, dit-il, seront forcés par leurs connaissances nouvelles, ou bien de s’effondrer et de disparaître, ou bien de procéder à ce qu’il appelle le «linkage», c’est-à-dire l’interconnexion non plus seulement morale, mais matérielle, physiologique, de leurs cerveaux. Lire l’article

Achever la création ?

France Catholique − N° 1517 – 9 janvier 1974
[...] Comme on le sait, la microphysique, sur quoi repose tout l’univers matériel, semble être l’empire des chiffres: on l’appelle pour cette raison quantique. C’est que tout y paraît discontinu, comme la suite des nombres. Depuis le début du siècle, chaque progrès a été marqué par une réduction aux chiffres. Les difficultés qu’on rencontre présentement s’expriment toutes en termes de chiffres qu’on ne parvient pas à relier entre eux. Lire l’article

La particule et le poivrot

Arts et Métiers d’octobre 1980
L’histoire a renoncé à expliquer les événements. Grand progrès scientifique! Car croire à tort qu’on sait est bien plus grave qu’ignorer. En histoire, seules les idéologies s’obstinent à croire qu’elles savent, dussent les hommes en crever. Ni l’une ni l’autre des deux guerres mondiales n’ont été ce que furent les guerres de jadis: des intérêts qui s’affrontent. On les a faites (et des dizaines de millions d’êtres humains sont morts) pour des billevesées, des croyances illusoires. Lire l’article

La Science est-elle un Clergé

Arts et Métiers de décembre 1977
Le lecteur comprendra que je m’abstienne pour répondre à M. Maugin, «Ph. D. Princeton, C.N.R.S., Université de Paris», etc., du ton que lui-même croit devoir prendre. Je feindrai donc que M. Maugin est un homme bien élevé et respectant ses lecteurs, me bornant à corriger ses allégations.
Jack Sarfatti, «Physicien»
Comme M. Maugin, Sarfatti est Ph. D., Université de Californie à Riverside, mais aussi ancien «member of the Physics Faculty» à l’Université de San Diego, ancien Research Fellow à Birbeck Collège, Université de Londres, et à l’United Kingdom Atomic Energy Research Establishment de Harwell, etc. M. Maugin lui reproche ses tendances «métaphysiques» et «parapsychologiques». Lire l’article

C’est sûrement une blague, M. Feynman?

Arts et Métiers n° 3 d’avril – mai 1988
Pour une fois cette chronique ne sera pas consacrée aux incertitudes de l’économie et des finances mais à une de leurs spécialités injustement méconnue: l’art de déchiffrer les serrures de coffre-fort, la cambriole. Bref, le casse. Mais un casse un peu spécial.

En 1943, les Américains fabriquaient discrètement leur première bombe atomique à Los Alamos. Il y avait là, sous la férule angoissée d’un Général Grove, presque tout le gratin scientifique et technologique de l’Occident. Un physicien, le Dr De Hoffman, veillait sur les documents confidentiels classés dans un certain Bâtiment Oméga. Lire l’article