Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Rêveurs prenez garde!

France Catholique N° 1440 – 19 juillet 1974.
Le développement le plus inattendu peut-être de la science des rêves, née il y a moins de vingt ans dans le laboratoire de Nathaniel Kleitman, à l’Université de Chicago, c’est l’étrange lumière qu’elle jette sur le rôle protecteur des songes. Lire l’article

S’empoisonner l’âme

Atlas – janvier 1971
Les effets de la drogue sont bien différents selon qu’ils sont décrits de l’intérieur, par le drogué lui-même vivant son expérience ou essayant après coup de la décrire, ou de l’extérieur, par un observateur muni de tout l’appareil des techniques biologiques. Lire l’article

La science des rêves

France Catholique − N° 1309 – 14 janvier 1972
Quand, en France, on dit «science des rêves», l’écho répond «Freud». Or, la science des rêves est née en 1953, quatorze ans après la mort de Freud, et ce dernier n’y est pour rien. Les trois initiateurs ont nom Kleitman, Aserinsky et Dement. Lire l’article

Le besoin de rêver

France Catholique − N° 1310 – 21 janvier 1972
L’explication des rêves est un domaine d’élection des charlatanismes parce qu’ils sont mystérieux, se produisant à l’état d’inconscience. Loin que la science tue jamais la foi il faut plutôt en attendre qu’elle confonde l’occultisme et les billevesées des exploiteurs de la crédulité. Lire l’article

La mort et le rêve

France Catholique − N° 1311 – 28 janvier 1972
Les expériences de l’Américain William Dement montrent que l’on dort surtout pour rêver. Un dormeur que l’on empêche de rêver se sent tout de suite très malheureux. Au bout de trois jours, il commence d’être très fatigué. Au bout de quatre à cinq jours, il est pris d’hallucinations même pendant la veille et trouve l’épreuve insupportable. Lire l’article