Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Une importation forcée: le chômage

Arts et Métiers – Janvier 1982.
Il me semble, sauf omission, que les graves messieurs périodiquement réunis en conférence pour faire appel à nos bons sentiments à l’égard du Tiers Monde répandent trois arguments, trois seulement:
1) Les Riches doivent faire quelque chose pour ces Pauvres qui meurent de misère. Il est honteux qu’au XXe siècle, etc.
2) C’est l’intérêt des Riches de faire quelque chose pour ces Pauvres qui, etc., car ces Pauvres détiennent une part des matières premières dont nous ne pouvons nous passer;
3) Si l’on n’aide pas ces Pauvres qui, etc., c’est très dangereux, car leur misère finira par exploser. Lire l’article

Éléments de néaniologie

Arts et Métiers – mars 1981.
Il manque une science de la jeunesse, et l’on me permettra ici de l’inventer, ou du moins son nom, en attendant que d’autres se retroussent les manches: la néaniologie. Ce n’est pas un beau nom, mais il est exact et pédant, ce qu’il faut. Ho nêanias, dans la langue de Socrate, veut dire le jeune homme. Lire l’article

Excursion en économie: les maîtres pataugent les profanes doutent

France Catholique − N° 1818 -16 octobre 1981
Descendons un instant des hauteurs de la physique. Bien qu’apprivoisées avec un excès que les physiciens professionnels me reprocheront sans doute (avec raison), peut-être notre incursion parmi ces idées les plus profondes aura-t-elle permis d’en entrevoir la difficulté et la grandeur. On peut aller plus loin et nous tenterons de le faire dans d’autres articles, mais je voudrais proposer ici un petit intermède reposant parmi les terrains vagues de l’économie. Lire l’article

Le devoir d’innover

Arts et Métiers de décembre 1979
Peut-on faire obstacle au chômage en diminuant le temps de travail? Rappelons les arguments les plus souvent entendus, dans le rang de leur vogue.
1) Il est évident que si la même quantité de travail est répartie en durées de travail moindres, il faudra faire travailler plus de monde, donc le chômage, automatiquement, baissera. Voilà quelques semaines, on a pu entendre, à la radio, le Commandant Cousteau développer ce point de vue, et même s’étonner qu’un raisonnement si simple ne soit pas encore compris par tout le monde. Lire l’article

Repos du corps ou tourment de l’esprit

Arts et Métiers de juin 1980
Ceux qui comme moi (et ils sont encore nombreux) sont nés au lendemain de la première guerre mondiale au fond d’une vieille ferme, qui ont ensuite parcouru tout le cursus universitaire, puis passé leur vie parmi les classes supposées motrices de la société, ceux-là peuvent se flatter d’être les hommes les plus vieux qui aient jamais vécu sous le soleil. Enfoncé, Mathusalem! Ils sont, selon un calcul élémentaire, quatre ou cinq fois plus âgés que le patriarche. Lire l’article