Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Une planète sans hypothalamus

France Catholique − N° 1505 – 17 octobre 1975
On appelle «feed back» en mécanique et en physique appliquée un dispositif de régulation rétroactive. On a deux phénomènes variables A et B. A est cause de B. Si l’on veut que B se maintienne à une certaine valeur (ou varie d’une certaine façon), on rejoint B à A de telle façon que B contrôle A conformément au but cherché. Lire l’article

C’est la faute à Rousseau!

France Catholique − N° 1618 – 16 décembre 1977
Un monsieur, l’autre jour, expliquait à France-Culture comment il assumait sa virilité, et je pensais à l’argumentation si profonde et si vraie de Rousseau sur, ou plutôt contre, les spectacles. Lire l’article

Of men, cats and Magonia

Flying Saucer Review – Vol. 16, n°5, September-October 1970
Sir; I read Luis Schönherr’s article Observations of a Sceptical Believer (FSR Vol. XVI, No. 3, p. l6) to my cat. He liked it very much.
“Excellently reasoned”, said the cat, “and the proof of this is that I myself reason in the same manner. I too have reflected and I too have found three possible reasons. I have reflected on the incomprehensible behaviour of mankind, and I have found three reasons to explain it.” Lire l’article

L’illumination ou l’œil de l’esprit

La Revue du 3e Millénaire, ancienne série No 6, janvier-février 1983
Le serpent qui glisse vers sa proie, si soudain celle-ci vient à disparaître, c’est-à-dire si elle cesse d’être perçue par aucun de ses sens, qui sont très différents des nôtres, aussitôt sa poursuite cesse et il s’en va vers d’autres chasses. La proie peut n’être que cachée, toute proche, éperdue d’effroi. Cependant, si par aucun de ses sens, le serpent ne la perçoit, c’est comme si elle avait cessé d’être. Pour le serpent, ce qui n’est pas perçu n’existe pas. Lire l’article

L’humanité a dépassé enfance: elle doit quitter son berceau!

Question De. N°29, 1er trimestre 1979
La cinquantaine, le corps svelte et vif du sportif, la tête casquée d’une chevelure plate coupe Jeanne d’Arc (version Dreyer), sur le visage cette expression enfantine et fulgurante qui est souvent celle du génie: c’est Gérard O’Neill, professeur de physique à Princeton.
En 1956 (29 ans), il conçoit l’idée de l’anneau de stockage des particules, qu’il met dix ans à réaliser, et qui, maintenant, équipe à peu près tous les accélérateurs de particules du monde. Lire l’article