Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Deux Américains prétendent avoir été enlevés par une soucoupe volante

C’est une histoire abracadabrante. Depuis le 4 octobre, toute l’Amérique en parle. Et chacun de donner son avis. Selon les uns, il s’agit d’un canular, selon les autres, d’une histoire de fantômes. Ou d’un extraordinaire cas de délire à deux doublé de télépathie. Ou enfin d’un développement nouveau et menaçant dans l’activité des extra-terrestres, autrement dit des soucoupes volantes. Et, à première vue, c’est bien de cela qu’il s’agit. Voici les faits tels que les rapporta le journaliste John G. Fuller, dans les deux numéros de Look du 4 et du 18 octobre 1966. Lire l’article

Bilan d’un quart de siècle

Lumières dans la nuit n°133 de mars 1974
Les lecteurs de LDLN nous écrivent souvent: «À quoi sert notre travail? Ces enquêtes qui nous demandent tant d’efforts, à quoi bon les publier? Une fois publiées, que deviennent-elles? On n’en voit rien sortir. Notre revue ne sert-elle donc qu’à publier ce qu’écrivent ses lecteurs? Lire l’article

Les OVNI renouvelleront la science – Interview d’Aimé Michel par Jean-Claude Bourret

Interview par Jean-Claude Bourret, dans La nouvelle vague des soucoupes volantes. Aimé Michel c’est le spécialiste français des OVNI. Licencié en philosophie, il entre en 1944 à l’O.R.T.F. en passant le concours des ingénieurs du son du studio d’essai. Maintenant, Aimé Michel travaille au service de la recherche, ce qui lui va fort bien étant donné la spécialité qu’il a choisie. L’interview qu’il m’avait accordée a elle aussi disparue. Mais, Aimé Michel a eu l’obligeance de m’accorder un second entretien que voici. Lire l’article

Requiem pour des Chimères Très Anciennes

Préface du livre de Bertrand Méheust, Science-Fiction et Soucoupes Volantes, Mercure de France, 1978,
et Terre de Brume, 2007.
Vraiment, les temps ont changé. Est-il encore possible, en 1978, d’imaginer la solitude de ceux – ils se comptaient alors dans le monde sur les doigts d’une main – qui, réfléchissant il y a trente ans, après leurs premières enquêtes, reportaient leur regard sur le monde intellectuel où ils baignaient et lui trouvaient soudainement l’air d’un très vieux rêve évanoui depuis longtemps? Beaucoup de lecteurs de Méheust, peut-être même chez les ufologues, vont éprouver ce sentiment unique que nous connûmes alors, de découvrir qu’ils vivent dans un monde périmé. Ils vont sentir le sol se dérober. Méheust montre en effet que l’ovni destructeur est apparu dans l’esprit de l’homme par au moins deux voies contradictoires et indissociables. Par la fiction d’abord, puis par l’anti-fiction. Lire l’article

À propos des soucoupes volantes

La communauté humaine actuellement la plus jalouse de son anonymat n’est pas un service secret ni un complot politique. Elle n’est pas composée de «James Bond» à fausse barbe ni de conspirateurs se réunissant dans des caves. Elle ne se livre à aucun trafic de drogue, ni d’armes, ni de documents secrets. Ses membres se recrutent uniquement chez les hommes de science. Beaucoup d’entre eux sont célèbres, dirigent des observatoires, des centres de recherche, de grands laboratoires. Leur réseau compte aussi des cosmonautes ayant gravité autour de la Terre. Il recouvre le monde entier. Depuis quelques années, et surtout depuis 1964, il est si bien organisé que lorsqu’un événement intéressant se produit quelque part sur la planète, où que ce soit, tous ses membres en sont informés dans les deux ou trois jours qui suivent, et la plupart des détails concernant cet événement sont transmis, diffusés, classés et étudiés en quelques semaines. Un fichier central de tous ces dossiers, organisé selon les méthodes et avec les moyens les plus modernes du classement et du calcul automatique (fiches et ordinatrices IBM), fonctionne depuis deux ans. Il rassemble actuellement plus de 18’000 dossiers. Lire l’article