Aimé Michel

Le premier mystère est: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?
Et le deuxième, aussi grand que le premier: pourquoi suis-je là en train de penser?

Resultat de votre recherche pour:

Oui, il y a un problème soucoupes volantes!

Pour l’immense majorité du public, le problème des soucoupes volantes se présente actuellement, en 1963, de la façon la plus simple du monde: les soucoupes volantes sont une fumisterie, ceux qui en voient sont des farceurs ou des illuminés, et le problème n’existe pas. Je prendrai donc ici le problème en cet état, m’adressant par hypothèse au lecteur dont le siège est fait et qui ne consentira à parcourir cet article que par indulgence. Je lui demanderai seulement l’effort d’un peu d’attention et un esprit critique en éveil. Lire l’article

Un entretien avec Aimé Michel – Propos recueillis par Yves Bosson & Michel Hertzog

Nous nous étions enfin décidés à entreprendre à notre tour le pèlerinage de St-Vincent-les-Forts, petit village des Alpes de Haute-Provence perché sur les contreforts du lac de Serre-Ponçon. Décembre 1990, lendemain de Noël, une route départementale enneigée, un panneau indicateur, enfin: le village. Aimé Michel, on nous l’a promis, ne doit plus être très loin…

Voici quelques extraits choisis de notre entretien. Nous souhaitions en particulier savoir comment l’un des principaux «artisans» de la soucoupologie des années 50 perçoit l’ufologie des années 90 et quel regard il porte – avec le recul du temps – sur sa contribution à l’étude de la soucoupe. Malgré la fatigue, il a longuement répondu, avec beaucoup de gentillesse et de malice, à nos questions. Lire l’article

L’étrange cas du Professeur « X »

Une enquête d’Aimé Michel (2 novembre 1968) présentée par J. Chelkoff et S. Brunie sur le site d’Ufocom.
Le cas qui est relaté ci-dessous est l’un des plus compliqués et des mieux observés de tous ceux qui ont été portés à la connaissance des enquêteurs français au cours des vingt dernières années. Naturellement, mon analyse ne traitera que de l’aspect physique – probablement les moins importants – du phénomène. Certains autres aspects, plus difficiles à appréhender, sont en train de prendre corps et pourront être publiés plus tard – du moins si les enquêteurs obtiennent des résultats significatifs. Lire l’article

Remous dans l’univers des «soucoupes»

En Russie, l’Armée a dessaisi le Comité d’étude (en partie composé de civils) qui avait été formé l’automne dernier sous la direction du général Stolyarov. Désormais, l’Armée seule poursuivra l’investigation du problème. Raison donnée: «L’affaire est trop sérieuse pour être laissée entre les mains de civils.» On pense au mot exactement contraire de Clemenceau sur la guerre… Cette décision des militaires russes est intervenue après une première investigation portant uniquement sur le nombre de cas enregistrés par les bases de l’Armée de l’air. Les enquêteurs ont été horrifiés de découvrir environ 15’000 cas attendant qu’on les étudie. Lire l’article

Une lutte inattendue: la C.I.A. contre les soucoupes volantes

Vers le début du dernier mois de mai, les journaux, surtout outre-Atlantique, reproduisaient les déclarations d’un savant américain en colère. Ce savant, le physicien James E. Mac Donald, affirmait que, depuis 1953, la commission d’enquête de l’U.S.A.-Air Force sur les objets volants non identifiés avait constamment menti au public et trompé les hommes de science. Lire l’article